Ali Bongo présent à la première récolte Graine à Makokou

Ce mardi 7 février 2017, Ali Bongo Ondimba a pris part à la présentation de la première récolte de manioc issue du programme GRAINE à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo. Le programme GRAINE qu’il avait d’ailleurs lancé sur place en mars 2015.

Ali Bongo s’est rendu sur le site d’Ekatanyabé accompagné du le Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngondet, natif de la province et d’une délégation des membres du gouvernement pour « accomplir le geste symbolique de la récolte d’un tubercule de manioc».
Ali Bongo s’est réjoui de voir des femmes et des hommes fiers du fruit de leur labeur, le communiqué reçu par notre rédaction a d’ailleurs précisé que « plus de 70 ha de manioc plantés, pour environ 5 000 inscrits au programme, une centaine de coopératives agréées et une quinzaine de titres fonciers délivrés ».

Dans la même lancée, Ali Bongo a affirmé que « Nos terres constituent des viviers d’emplois et de richesses inestimables. Dans le respect de notre environnement, nous en tirerons le meilleur pour consolider notre agriculture et assurer l’indépendance alimentaire de notre pays », une déclaration qui devrait contenter certains quand on voit à quel point le Gabon mise sur son pétrole au détriment de l’agriculture.

La campagne qui a débuté dans l’Ogooué-Ivindo se poursuivra dans les autres provinces, il s’avère que « 12000t de tubercules de manioc, 4000t de banane plantain et 73t de piment doivent être récoltées ». Un pari pour l’emploi déjà concrétisé pour plus d’un millier de citoyens vu qu’une assurance de rémunération a été donnée en février dernier. Ali Bongo avait pris la décision « d’octroyer une prime mensuelle d’incitation à l’effort d’un montant de 100.000 FCFA pour soutenir chaque membre des coopératives entre le début et la fin de la récolte ».

Le programme GRAINE couvre à ce jour 6 provinces sur 9 et comptabilise près de 870 coopératives soit environ 17800 adhérents. Au total, près de 2800 ha de terrain ont été préparés pour les cultures vivrières et 1200 ha plantés. Quant aux cultures de rente, 4800 ha ont été aménagés pour le palmier à huile dans la zone de Ndendé dont 3000 ha plantés.

Levier de diversification de l’économie et moteur de croissance, l’agriculture au Gabon est un gisement d’emplois pour les générations futures.

Laissez votre avis