samedi,31 juillet 2021
AccueilA La UneAli Bongo Ondimba: «notre Plan national de vaccination est prêt»

Ali Bongo Ondimba: «notre Plan national de vaccination est prêt»

Ecouter cet article

Le Gabon a réceptionné ce vendredi 12 mars 2021, 100 000 doses de vaccin chinois Sinopharm. La campagne de vaccination contre la Covid-19 devrait débuter dans les tout prochains jours. Occasion pour le chef de l’Etat Ali Bongo de réaffirmer l’engagement du Gabon de mettre en place de son Plan national de vaccination qu’il a dit être prêt à être déployé. 

C’est le 31 décembre 2020, lors de son discours de vœux à la Nation, que le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba avait évoqué pour la première fois l’élaboration d’un Plan national de vaccination contre la Covid-19 au Gabon. Près de 3 mois plus tard, cet engagement s’est désormais concrétisé. 

L’arrivée des 100 000 doses de vaccin du laboratoire chinois Sinopharm constitue une avancée significative pour la mise en œuvre du plan national de vaccination qui selon le ministre de la Santé, le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong est le dernier « rempart face à cette pandémie ». 

Tout en se satisfaisant de la réception de la cargaison des doses de vaccin, le numéro un gabonais a tenu à rassurer sur la mise en œuvre prochaine de la campagne de vaccination. « Notre plan national de vaccination est prêt. Les personnels soignants, les forces de sécurité, les personnes à risque et les personnes âgées seront les premières à en bénéficier. Se vacciner, c’est se protéger », a-t-il laissé entendre. 

Compte tenu du fait qu’il faut deux doses de vaccin à un patient pour rendre la vaccination efficace, ces premières doses devraient pouvoir dans un premier temps servir à vacciner 50 000 personnes, dont le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda qui avait promis donné le ton à cette campagne de vaccination en se faisant vacciner la première. 

S’agissant du vaccin chinois sinopharm, Pékin affirmait en décembre dernier qu’il était efficace à 79%, sans toutefois donner de détail significatif sur les essais cliniques, ni d’alertes sur les réactions indésirables sévères. Les pays Arabes l’ont récemment approuvé à 86%. Plusieurs pays africains dont les Seychelles, le Zimbabwe, l’Egypte, la Guinée équatoriale et le Sénégal, l’ont déjà utilisé.

Laissez votre commentaire