Ali Bongo n’a pas fui, il est en balade !

Ali Bongo sur la médina de Tanger où il était en balade en compagnie de membres de sa famille et des proches .

Contrairement aux rumeurs qui ont affolé les réseaux sociaux ces derniers jours autour d’un prétendu abandon du pouvoir du président gabonais, le média marocain Le360 nous apprend qu’il séjournenait au nord du Royaume depuis le 17 juillet dernier. Un séjour privé qui oscillerait entre tourisme et entrevue avec le roi Mohammed VI.

Voilà bien une information qui pourrait rassurer les membres du Gouvernement gabonais, mais aussi les différents soutiens au président Ali Bongo dont la saveur d’une réélection controversée en août 2016, continue à attiser les débats dans la classe politique nationale, et ne manque pas de susciter plusieurs fantasmes à chacunes de ses discrétions médiatiques.

Le média local avait déjà fait une dépêche pour annoncer son arrivée au Maroc le dimanche 16 juillet, en fin d’après-midi à M’diq, une ville située  dans le nord du royaume. Et les sources locales du média annonçaient déjà que «la visite du président du Gabon au Maroc durera deux semaines. Les mêmes sources expliquent qu’une rencontre avec le roi Mohammed VI, en séjour dans le nord du pays, devrait avoir lieu dans les prochaines heures».

Et c’est fort logique que Le360, révèle avoir aperçu Ali Bongo le  « 24 juillet dernier en  après-midi dans la médina de Tanger où il était en balade en compagnie de membres de sa famille et des proches ». A en croire notre confrère en ligne, «Ali Bongo s’est ainsi rendu sur plusieurs sites historiques de la médina, à l’instar des «Pierres Ghannam. Il a aussi visité le musée de la Kasbah et il était attendu, à l’heure où nous mettions en ligne, qu’il découvre le célèbre café El Hafa. Le président gabonais se trouve à Tanger depuis la semaine dernière dans le cadre d’une visite privée. Il loge dans une résidence privée au centre-ville de la capitale du Détroit ».

Ce n’est pas la première fois que président gabonais entreprend des visites privées à l’étranger, en l’occurrence au Maroc. Récemment, on apprenait par l’entremise d’un magazine (« Complément d’enquête » : Les Bongo, une affaire française, Ndlr.) diffusé sur la chaîne publique France 2 en début de mois, qu’il effectuait des voyages privés en Angleterre où il travaille sur son prochain album musical. Devrait-on à chacuns de ses sorties privées du territoire prédire une vacance du pouvoir ?

Il est vrai que la perspective «Ni Ping, ni Bongo», pour la tenue d’une nouvelle élection présidentielle soutenue par certains acteurs politiques suscite plusieurs scénarios en vue d’écarter les rivaux politiques de l’heure. Si Jean Ping n’a pas eu l’accueil souhaité en raison de l’interdiction de la mobilisation de ses partisans à l’aéroport international Léon Mba, Ali Bongo pourrait aisément savourer un nouveau bain de foule lors de son retour imminent au pays.

Laissez votre avis