Ali Bongo annonce la gratuité des frais d’accouchement dès mars 2018

Hôpital d'instruction des armées Omar Bongo Ondimba © D.R

Après avoir décrété, en mars 2015, une décennie de la femme, à nouveau Ali Bongo pense être plus reconnaissant à l’égard de celles qui donnent la vie en leur annonçant la gratuité des frais d’accouchement à compter de mars 2018. Cette promesse qui intervient lors de son discours de voeux à la nation afin de revoir la croissance démographique laisse toutefois réfléchir sur les mesures d’accompagnement, quand on sait la situation de précarité dans laquelle vivent plusieurs familles gabonaise.

GABON LIBREVILLE

Attaché à la femme et à son rôle dans la société, Ali Bongo a consacré un programme  de gratuité des frais d’accouchement sur toute l’étendue du territoire national à compter du premier trimestre 2018. Cette mesure qui s’inscrit dans le cadre de la décennie de la femme «vise non seulement à réduire le taux de mortalité infantile mais aussi à soulager les familles face aux dépenses, souvent lourdes, liées à la naissance d’un bébé».

Il semblerait que cette initiative aussi belle soit elle n’a pas fait l’objet d’une étude poussée sinon comment l’État compte payer les frais d’accouchement alors même que la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale a suspendu ses activités dans de nombreuses pharmacies pour faute d’impayés? Ce même État qui s’endette pour payer la dette peut-il assumer une tâche si difficile alors que le gouvernement s’est engagé à réduire le train de vie de l’État?

En considérant l’impact positif de ce projet chez les femmes enceintes, Ali Bongo et son gouvernement ont-ils également pensé à construire ou équiper les centre hospitalier à l’intérieur du pays où les services publics sont toujours sujet à discuter?

Laissez votre commentaire