Alexandre Awassi: «bien que convalescent, le pays voit son président à l’œuvre»

Alexandre Awassi lors de sa conférence de presse © Freddy Moussounda

Face à la polémique autour de l’état de santé du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, et plus particulièrement sa capacité à assurer sa charge à la tête du Gabon, le député du siège unique du 2ème arrondissement de Moanda dans la province du Haut-Ogooué Alexandre Awassi a, au cours d’un déjeuner de presse ce dimanche 17 mars 2019, tenu à tordre le coup aux affirmations distillées par plusieurs acteurs de l’opposition et de la société civile.



Devant la presse, le jeune député élu sous la bannière du mouvement « Osons ensemble », s’est voulu catégorique sur la capacité du président à remplir sa charge, indiquant d’ailleurs que ce dernier bien que convalescent assurait ses devoirs « avec la même opiniâtreté ».

Assurant qu’Ali Bongo Ondimba continue d’assurer le fonctionnement des pouvoirs publics ainsi que la continuité du pays, il a pris pour preuve de cette capacité le récent séjour que ce dernier a effectué à Libreville, où il a profité de l’occasion « en concertation avec le premier ministre Julien Nkoghe Bekale pour determiner les grandes lignes de la politique gouvernementale », a-t-il expliqué.

L’élu du 2ème arrondissement de Moanda n’a pas manqué de lancer une pique à l’encontre des acteurs de l’opposition qui réclament à cor et à cri la déclaration de la vacance du pouvoir au sommet de l’Etat. « Je voudrais rappeler les principes qui guident le bon fonctionnement des institutions de l’Etat. le situation de vacance de la présidence de la République par son titulaire doit être constatée par la Cour constitutionnelle saisie par le gouvernement et statuant à la majorité absolue de ses membres, ou à défaut, par les bureaux des deux chambres du parlement statuant ensemble à la majorité de leurs membres, et non pas par des collectifs ou autres groupes dits de l’opposition », a-t-il relevé.

Par ailleurs, Alexandre Awassi a invité les « opposants à agir plutôt pour le peuple en confrontant les dirigeants sur les questions en rapport avec la politique sociale du Gabon, l’éducation nationale, le logement, l’emploi, la gestion des finances publiques et bien d’autres qui rehausseraient le niveau du débat politique ».



Laissez votre commentaire