Alain Claude Bilie-By-Nze veut «bâtir une nouvelle vision» pour le sport gabonais

Alain Claude Bilie-By-Nze © D.R

Alors que l’enveloppe dédiée au pilotage et au soutien des politiques de la jeunesse et des sports vient d’augmenter de 102% à plus de 5 milliards de Fcfa malgré la cure d’austérité, le ministre des sports Alain Claude Bilie By Nze qui a rencontré ce mercredi 27 juin les présidents des différentes fédérations, a décidé de fixer un nouveau cap en ce qui concerne le Sport gabonais.

A peine quelques jours après la sortie du chef de l’Etat qui en marge du «10km de Port-Gentil» avait touché du doigt le rendement du sport gabonais, Alain Claude Bilie-By-Nze a décidé de poursuivre dans cette lancée en réunissant pour une séance de travail, les présidents des différentes fédérations afin de fixer un nouveau cap en ce qui concerne l’évolution du sport au Gabon.

En effet, après avoir dédié des sommes faramineuses pour faire évoluer le sport dans le pays comme le démontre les 32 milliards de Fcfa d’investissements prévus pour cette année 2018, les autorités gabonaises font face à un échec cuisant dans ce domaine. De ce fait, les performances de ce département restent «modestes» comme en témoigne l’élimination prématurée des panthères du Gabon lors de la CAN 2017, ou encore celles systématiques des clubs (football, handball) aux premiers tours des compétitions africaines.

Si de l’avis de tous, les budgets dédiés aux fédérations servent plutôt à enrichir les présidents et autres dirigeants de celles ci au détriment du sport et/ou des sportifs, le gouvernement gabonais par le biais de son ministre des sports, a décidé de tirer la sonnette d’alarme et de présenter une nouvelle vision. «Notre ambition est de travailler à l’amélioration de nos résultats sportifs et par conséquent, chercher les meilleurs mécanismes et approches pour y parvenir», a-t-il indiqué avant de poursuivre que «le but ultime est de bâtir ensemble une nouvelle vision, une nouvelle démarche pour des nouvelles ambitions».

A l’heure où l’austérité est le maître mot de l’exécutif, Bilie-By-Nze a conclu en signifiant que «les différentes fédérations devront par l’intermédiaire des collectivités locales ou des entreprises financer leurs activités», c’est donc un pavé jeté dans la marre par le ministre des sports, qui n’entend plus financer les activités des fédérations qu’en cas de résultats probants.

Laissez votre commentaire