«Aide les autres à manger un peu, député c’est quoi?»: les propos-chocs du candidat PDG Stéphane Iloko

Stéphane Iloko Boussengui © GMT

C’est au cours d’une conversation téléphonique devenue virale sur les réseaux sociaux, que le candidat investi par le Parti démocratique gabonais (PDG) au premier siège du département de l’Ogoulou dans la province de la Ngounié Stéphane Iloko a confié à l’ancien collaborateur d’Ali Bongo Ondimba, Alfred Edmond Nziengui Madoungou son intention de devenir Député juste pour « manger» sans se soucier du développement ni de l’épanouissement de son bastion politique.



La politique du ventre est le propre des insoucieux qui ne pensent qu’à leur intérêt personnel au détriment de celui du plus grand nombre pourrait-on dire. En effet, lors de cet échange pour le moins houleux, le candidat PDG aux législatives dans le département de l’Ogoulou a fustigé le manque de soutien de son camarade du parti, qui selon lui a longtemps oeuvré pour son exclusion lors des investitures du “parti de masse”.

Une position que Stéphane Iloko a dit ne pas comprendre alors qu’il a été investi par les instances de leur parti politique commun. Dans cette conversation téléphonique, il indique que l’ancien conseiller spécial du président soutiendrait le candidat du Rassemblement héritage et modernité (RHM) Santurel Ngoma Madoungou, qui n’est autre que son frère.

Fait pour le moins rocambolesque, le candidat PDG supplie même Alfred Edmond Nziengui Madoungou de le soutenir. «  Santurel a fait 20 ans il est parti, toi V ( Alfred Edmond Nziegui Madoungou, NDLR) tu as fais 10 ans tu dois partir, c’est bon laissez l’autre pardon, laissez l’autre aussi manger c’est tout. Aide les autres à manger un peu, député c’est quoi? », a-t-il lancé donnant l’impression qu’en réalité, c’est ce qui constitue son  objectif une fois élu à l’assemblée nationale.

Ce type de mentalités devrait en réalité susciter des interrogations, à la fois chez les populations qui sont censées porter au pinacle leurs élus, mais également chez les plus hauts responsables des partis politiques qui investissent des candidats afin d’avoir une majorité au Parlement. Le Gabon ne saurait être  assimilé à une mangeoire à laquelle une minorité d’individus mal intentionnés se servent pendant que la majorité croupit dans la misère.

En attendant donc les résultats du second tour des élections législatives, auxquelles participera Stéphane Iloko le gouvernement doit d’ores et déjà réfléchir sur les sanctions à infliger aux élus véreux  qui auront l’intention de s’enrichir sur le dos des populations.

Laissez votre commentaire