Agressions d’officiels gabonais à New-york / Bilie-By-Nze : «nous ne nous laisserons pas faire»

© D.R

C’est au cours de son habituelle conférence de presse,  tenue ce lundi 19 juin 2017 à la Maison de la Radio Télévision gabonaise,  Georges Rawiri,  que le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze a fait cette déclaration.

Face à l’accueil réservé aux hautes autorités par la diaspora gabonaise en France et aux États-Unis, le gouvernement s’est indigné « une élection a eu lieu, on ne va pas pendant toute une année, aller s’en prendre aux autorités gabonaises dans le monde». Bientôt un an et les manifestations ne faiblissent pas, il y a encore quelques mois le même porte-parole affirmait que « marcher tous les samedis était bon pour la santé», aujourd’hui il n’en peut plus.

Les autorités gabonaises ont été huées et insultées par des gabonais vivant aux  États-Unis en marge de la Conférence sur les Océans organisée à New-York par les Nations unies. Le porte-parole du gouvernement a précisé que des plaintes ont été déposées avant d’affirmer : « nous ne nous laisserons pas faire, l’Etat examinera la réponse à froid ».

Terminant son propos, Alain-Claude Bilie-By-Nze un tantinet menaçant a affirmé «ces responsables qui sont agressés de par le monde ont des familles, ceux qui les agressent à l’extérieur également ont des familles au Gabon ils doivent être très prudents. Il faut faire extrêmement attention de sorte que chacun soit responsable et que chacun réponde de ses actes ».

Dans un pays de paix pourquoi menacer quand on peut dialoguer ?

Laissez votre avis