AGP : vers un licenciement économique des contractuels  

Licenciement économique des contractuels en perspective © GMT

Les contractuels de l’Agence Gabonaise de Presse (AGP) connaissent depuis mardi 26 décembre, un dénouement de l’affliction qui les frappe depuis plus de dix mois maintenant. L’Exécutif, par la voix de son ministre en charge de la Communication a tout simplement décidé de se séparer d’eux, pour des raisons économiques.

C’est au cours d’une réunion élargie, que le ministre de la Communication Alain Claude Bilié-By-Nzé aurait eu avec ses collaborateurs, que la situation des contractuels de l’AGP a été évoquée.  La grève de la faim déclenchée à la surprise de l’administration provisoire, aura eu pour effet le paiement  de 3 mois de salaires.

S’adressant aux délégués du personnel de l’AGP, Alain Claude Bilié-By-Nzé a donc donné le « clap de fin » de ce feuilleton dramatique. «La situation actuelle est que la subvention que l’État alloue à l’AGP est tombée de 1 milliard et demi de francs CFA il y a quelques années, à 200 millions maintenant. Mais l’AGP a maintenu les mêmes effectifs et par conséquent quasiment les mêmes charges. Il faut rappeler que les charges salariales de l’AGP s’élèvent à 28 millions par mois.», précise le membre du gouvernement.

Confirmé par le directeur de cabinet du ministre d’Etat, et adoubé par l’administration provisoire de l’AGP dirigé par Fidèle Biteghe, les licenciements qui prendront sans doute effet dans les jours qui viennent, se feront conformément aux dispositions du Code du travail.

Les problèmes de l’AGP se sont accélérés lorsque l’Etat, propriétaire de l’agence a décidé de réduire de façon drastique son budget de fonctionnement. Tout le budget d’impression du quotidien Gabon Matin, filiale de l’AGP, a été supprimé. Par ailleurs, la structure connaît des problèmes de management notamment dans la gestion des moyens alloués et des recettes générées par l’ancien quotidien Gabon Matin.

Laissez votre commentaire