AGEOS: une volonté africaine de conquérir l’espace

Organisme en charge de la mise en oeuvre de la politique spaciale du Gabon © D.R/GMT

Installée au coeur la Zone économique spéciale de N’kok, l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (AGEOS) confirme les ambitions d’une politique gouvernementale en faveur du développement durable. Sa mission, assurer, par satellite, la surveillance du territoire pour garantir une gestion durable de l’environnement, des ressources naturelles, de l’occupation des sols, et des problématiques d’aménagement.

Avec un rayon de couverture de plus de 2800km, l’AGEOS occupe un poste stratégique dans la sous région, offrant une visibilité satellitaire sur une grande partie de l’Afrique de l’ouest, la totalité du Golf de Guinée, les bassins du Congo et de l’Ogooué. Au total, se sont 23 pays d’Afrique de l’ouest et du centre qui produisent en moyenne  8 000 images chaque année.

C’est dans ce cadre, que plusieurs organismes internationaux tels que la National Aeronitics and Space Administration (NASA), la European Space Agency (ESA) ou encore des partenaires sous régionaux comme le Ministère des Ressources Naturelles Rwandais ont fait le choix de devenir partenaires de ce projet.

Il faut dire que la question du bassin du Congo, avec ses 300 millions d’hectares de forêt, le deuxième plus vaste massif forestier de la planète, préoccupe au delà  des frontières continentales. Toute chose qui participe à conférer à l’AGEOS un rôle d’intervenant majeur dans les projets environnementaux qui touchent l’Afrique centrale.

Sur le plan national, plusieurs projets de collecte, d’analyse et de mise à disposition des données issues de l’observation spatiale sont gérés au quotidien. Des missions diverses allant de la cartographie des exploitations forestières, la surveillance maritime, à la cartographie de l’offre de soin à Libreville, ou encore la mise en évidence de zones d’interventions prioritaires dans le cadre des opérations sanitaires ont déjà été réalisées ou simulées.

L’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG), la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), la Caisse stabilisation et de péréquation (CAISTAB), le Fonds gabonais d’investissement stratégiques (FGIS), l’Agences nationales des parcs nationaux (ANPN) et la Mairie de Port-Gentil font partis, entre autres, des organismes qui bénéficient déjà de l’expertise de cette agence. Des prestations qui lui permettent de financer une partie de ses activités bien que ses ressources annuelles proviennent encore essentiellement de la subvention de l’Etat.

À ce jour, l’agence gabonaise d’études et d’observations spatiales compte 32 employés à temps plein et 5 stagiaires, avec plus de la moitié des agents dédiés aux activités techniques utiles à la réalisation des ses ambitions.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire