Afrique du Sud: Winnie Mandela passe le témoin à l’âge de 81 ans !

© RFI

Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela-Mandela, plus connue sous l’appellation de  Winnie Mandela, est morte ce 2 lundi avril à Johannesburg. Militante inconditionnelle et controversée  de l’ANC, Winnie Mandela a été une femme politique de caractère. Aux côtés de Nelson Mandela, elle a longtemps incarné l’engagement féminin dans son pays, et en Afrique. Véritable source d’inspiration, Winnie Mandela a succombé à une longue maladie.   

Winnie Mandela est  née le 26 septembre 1936, à l’origine était  assistante sociale avant de rencontrer, son futur époux  Nelson Mandela en 1956. Lui avait 40 ans, elle 21, lorsqu’elle devient la seconde épouse de celui qui deviendra la figure emblématique de la lutte anti-apartheid et, plus tard, le premier président noir d’Afrique du Sud.

Au fil des années, elle devient l’une des figures de proue de l’ANC, où elle défendra une ligne « dure » tout au long de son parcours politique. Elle se fait chantre de la lutte anti-corruption, « maillon faible de l’ANC ». Elle déclenche aussi polémiques et controverses, notamment lorsqu’elle appelle implicitement à la violence contre ceux considérés comme des traîtres à la lutte anti-apartheid, lorsque le pays sera enfin libéré du joug du pouvoir raciste.

«Elle est décédée des suites d’une longue maladie, pour laquelle elle a été hospitalisée à plusieurs reprises depuis le début de l’année. Elle est partie en paix en tout début d’après-midi lundi, entourée de sa famille», a déclaré Victor Dlamini, son porte-parole  dans un communiqué. Winnie Madikizela Mandela, qui «était l’une des plus grandes icônes de la lutte contre l’apartheid, s’est battue vaillamment contre le régime de l’apartheid et a sacrifié sa vie pour la liberté de l’Afrique du Sud», a-t-il souligné.

Le Congrès national africain (ANC, au pouvoir), fer de lance de la lutte contre le régime ségrégationniste, a salué, par la voix de l’un de ses responsables Mbalula Fikile, une femme qui «symbolisait la force, la résistance et une âme éternelle de la liberté».

A la sortie de prison de Nelson Mandela en 1990, la «mère de la nation» marche main dans la main aux côtés de son époux. Le couple est accueilli en héros par des dizaines de milliers de ses partisans, l’image fait le tour du monde. Mais les années de détention ont porté un coup fatal à leur relation. Winnie Mandela est reconnue coupable de complicité dans l’enlèvement d’un adolescent, soupçonné d’être un agent du régime blanc et tué par ses gardes du corps.

Les frasques de cette femme de caractère, son discours violent et des accusations de meurtre portées contre ses gardes du corps l’éloignent de son époux. Le couple se déchire et le divorce est prononcé en 1996. A sa mort en 2013, Nelson Mandela qui s’était entre temps remarié avec Graça Machel ne lui a rien légué. Winnie est amère. Elle saisit la justice, en vain.

Avec agences

Laissez votre commentaire