Affaires étrangères : le transport du personnel interrompu faute de carburant

Les bus du tranport du personnel des Affaires étrangères cloués au sol © GMT

Les agents du ministère des Affaires étrangères sont privé depuis plusieurs semaines du service de transport du personnel, faute de carburant. Une difficulté qui s’additionne à plusieurs autres et qui ont poussé le syndicat des agents des affaires étrangères (SAAE) à poursuivre la grève générale et illimitée qu’il avait interrompu.



Les agents du ministère des Affaires étrangères ne savent plus à quel saint se vouer, malgré les assurances obtenus de la part de leur tutelle, qui sont resté à ce jour que des simples promesses. Pour se faire entendre, ils ont décidé de reprendre leur mouvement de grève. Ils revendiquent entre autres, l’établissement des cartes professionnels arrêté depuis 15 ans, les ascenseurs non-fonctionnels depuis mathusalem et le carburant pour les bus de transport du personnel.   

Les bus devant assurer le transport du personnel sont cloués au sol depuis longtemps, faute de carburant. «Comment un ministère régalien comme celui des Affaires étrangères peut-il manquer de moyens pour acheter le  carburant des bus qui transporte son personnel?», se questionnent les agents qui ont décidé de durcir leur mouvement de grève.

Pour Ghislain Boukandji cette affaire de transport du personnel démontre à suffisance le peu d’intérêt qu’ont les autorités du ministère envers les agents. «Ces bus que voyez garés sont là parce qu’il n’y a pas d’essence. Si je mets 5 000 Fcfa de carburant, ils vont rouler. Vous vous rendez compte que le ministère des Affaires étrangères manque d’argent pour assurer le transport de son personnel. Un ministère régalien en plus», fustige-t-il.  

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération, de la francophonie et de l’intégration régionale, chargé des gabonais de l’étranger, Noël Nelson M’Essone est interpellé sur ce point de revendication des agents de son département ministériel, qui visiblement ne nécessite pas de gros moyens.

Laissez votre commentaire