Affaires étrangères : le bâtiment principal, un réel danger pour la santé des agents  

Ministère des Affaires étrangères © GMT

En grève depuis plusieurs semaines, le Syndicat des agents des Affaires étrangères (SAAE) n’a toujours pas trouvé satisfaction aux principaux points de revendication qui fondent son mouvement d’humeur. Outre le paiement de la prime de servitude diplomatique, ils exigent désormais la délocalisation du bâtiment qui abrite les locaux de leur ministère pour reprendre le travail.

Le siège du ministère des Affaires étrangères serait pour les agents qui y travaillent une source de maladies et autres infections. C’est le constat qu’a fait le syndicat de ce service public dont les agents sont en grève depuis le début de l’année 2018. En effet, selon Ghislain Boukandji, secrétaire général du SAAE, «le bâtiment qui l’abrite les services des affaires étrangères ne répond plus à aucune norme. Il présente un réel danger pour les agents.» Celui-ci serait à l’origine «d’infection pulmonaire et autres problèmes respiratoires», a-t-il confié.

A l’occasion d’une expertise qui avait été faite il y a quelques années et consultée par des membres du  Syndicat des agents des Affaires étrangères «il a été révélé que les mêmes matériaux qui ont construit Jeanne Ebory sont les mêmes qui ont servi à la construction du bâtiment qui abrite les locaux du ministère des affaires étrangères», précise Ghislain Boukandji.

Fort de ce constat, les agents se mobilisent depuis plusieurs semaines en exigeant la délocalisation du ministère des Affaires étrangères car disent-ils ne plus pouvoir continuer à travailler dans ce bâtiment.

Laissez votre commentaire