vendredi,18 septembre 2020
Accueil A La Une Affaire SANgel Gabon : le Conseil d’administration s’excuse et s’interroge

Affaire SANgel Gabon : le Conseil d’administration s’excuse et s’interroge

C’est à la faveur d’une conférence de presse animée ce mardi 26 novembre 2019 à son siège social sis au quartier Soduco dans le 5ème arrondissement de Libreville que la Société Alimentaire de la Nomba (SANgel) a tenu à édifier l’opinion sur l’incident ayant défrayé la chronique sur les réseaux sociaux où elle était accusée de vendre insidieusement et volontairement des produits avariés aux populations. Tout en reconnaissant les erreurs humaines possibles dans son système de contrôle, SANgel a tenu à présenter ses sincères excuses aux consommateurs, à ses fournisseurs internationaux, aux actionnaires et aux pouvoirs publics. Une enquête judiciaire sera ouverte pour déterminer les responsabilités.

Jetée sous le feu des projecteurs la semaine écoulée et accusée de tous les péchés d’Israël, pour dit-on avoir vendu insidieusement et volontairement des produits avariés aux populations, la Société Alimentaire de la Nomba par la voix de son président du Conseil d’administration Christian Fiatte a, devant les hommes et femmes de médias, tenu à revenir sur les tenants et aboutissants de cette affaire qui a été largement relayée sur les reseaux sociaux. 

Retraçant la chronologie des faits, le président du Conseil d’administration a révélé que tout est parti d’un contrôle sanitaire effectué le jeudi 14 novembre 2019 par les agents de la Mairie de Libreville et des équipes du Procureur de la République à un de ses magasins sis à Oloumi. Un contrôle qui donnera lieu à une altercation entre les agents municipaux et certains des employés de la société qui ont été « molestés et d’autres menottés pour avoir exigé la présentation d’un ordre de mission tel que le recommande la circulaire N°14/2019 du 15 octobre 2019 de la Confédération Patronale Gabonaise (CPG), avant tout contrôle ». Une circulaire dont Gabon Media Time détient copie.

Un refus des agents de contrôle contraire à la législation, celle-ci disposant pourtant que lorsqu’une mission de contrôle de l’Etat se présente dans les entreprises membres de la CPG, cette dernière est tenue de « demander une copie de l’ordre de mission ». Faute d’obtenir gain de cause, une convocation sera remise sur le champ à SANgel par l’Inspection Générale Municipale (IGM) chargée de l’hygiène du Domaine Communal (Armand Dagraça, ndlr), pour le vendredi 15 novembre 2019. « Les équipes de SANgel se sont rendues à la convocation, mais n’ont pas été reçues », révèle Christian Fiatte.

Gabon Gabonmediatime Sangel Gabon
Une vue des chambres froides de SANgel à Soduco © GMT

Dans le même élan que la veille, une équipe municipale constituée d’agents de contrôle, d’éléments de la Police Municipale, du service communication, accompagnée de plusieurs camions plateaux vides, destinés certainement à recueillir des marchandises, a effectué une descente musclée au siège logistique de la Société, à Soduco. Ce qui conduira le Président du Conseil d’Administration à refuser de les recevoir. Puis une conversation entre le PCA et l’Inspecteur général municipal qui sera curieusement diffusée sur les réseaux sociaux.

Tout en s’interrogeant sur l’origine et les raisons de la médiatisation à outrance qui s’en est suivie à travers les réseaux sociaux et l’assimilation insidieuse à des réseaux mafieux de revente de produits avariés, SANgel a tenu à reconnaître sa part de responsabilité dans ces incidents. Pour Christian Fiatte, cet imbroglio est consécutif à des défaillances de son système de contrôle, assurant que des mesures sont actuellement prises pour améliorer la situation. « Nous avons déjà mis en place les mesures qui s’imposent, et l’état d’urgence a été déclaré  dans notre Société. Il durera au moins un an. Aussi, les mécanismes de contrôles internes et de sécurité des denrées vont être revus et renforcés, afin que ce genre de situation ne se reproduise plus », a précisé le président du Conseil d’administration. 

Gabon Gabonmediatime Société Alimentaire De La Nomba Sangel
Siège social de SANgel à Soduco © GMT

Reconnaissant la responsabilité de la société dans cet incident malheureux , Christian Fiatte a tenu à présenter ses sincères excuses à sa clientèle. « Nous tenons, avant toute chose, à présenter nos sincères excuses à nos clients inquiets, à tous les consommateurs du Gabon aujourd’hui désorientés, à nos fournisseurs internationaux qui nous confient leur marque, à nos actionnaires et aux pouvoirs publics », a-t-il déclaré. 

En outre, quelques interrogations du Président du Conseil d’Administration de la Société Alimentaire laissent songeur sur cette affaire qui n’est pas près de connaître son épilogue. En effet, Christian Fiatte s’est demandé si SANgel n’était pas un dommage collatéral d’une opération qui se voulait médiatique ou simplement l’objet d’attaques indignes de la part de certains acteurs locaux ou internationaux de leur secteur d’activité. L’entreprise n’en restera pas là. « Enfin, nous allons nous concentrer sur la recherche des responsables de ces actes déstabilisateurs qui devront en répondre devant la justice », a conclu le PCA de SANgel.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt