Affaire Rinaldi : des dissensions au sein de la famille contraignent Me Anges Kevin Nzigou à jeter l’éponge

Gabon Gabonmediatime 15 (5)
Le secrétaire Exécutif Anges Kevin Nzigou © D.R.

C’est par le biais d’un communiqué de presse parvenu à la rédaction de Gabon Media Time que Me Anges Kevin Nzigou a annoncé la fin de sa collaboration avec Ida Maicha Mete Abagha, maman de l’enfant toujours porté disparu depuis le 12 janvier dernier, Rinaldi Anderson Abagha Ngoua, dont il s’était engagé à défendre les intérêts. Selon l’avocat au Barreau du Gabon, cette décision est due aux multiples dissensions au sein de la famille de sa cliente qui  « ne permettent pas d’exercer son activité avec sérieux et crédibilité ». 


Réputé coriace et sérieux dans le traitement des dossiers dont il a la charge de suivre, Me Anges-Kevin Nzigou était peut-être l’homme par lequel la lumière aurait enfin pu jaillir dans la disparition de l’enfant Rinaldi Anderson Abagha Ngoua âgé de 3 ans seulement. Mais à en croire le communiqué de presse parvenu à la rédaction de Gabon Media Time, ce ne sera pas pour cette fois. En effet, l’avocat a annoncé qu’il ne défendra plus les intérêts de la maman du porté disparu Ida Maicha Mete Abagha.

A la lecture du propos de l’auxiliaire de justice, sa volonté de faire avancer l’affaire se serait heurtée au refus catégorique de la famille à s’associer aux démarches judiciaires initiées par le conseil de leur fille. « J’ai sollicité au nom et pour le compte de ma cliente une audience à Madame la ministre de la Justice pour notamment exprimer les craintes, les attentes et les appréhensions de la famille du jeune Rinaldi. Alors que madame la ministre consentait à recevoir ma cliente accompagnée de sa famille le vendredi 21 février à 14h, j’ai été surpris de la décision prise par la famille de ne pas associer la mère à cette rencontre », a-t-il indiqué.

Toute chose qui aurait conduit Me Anges Kevin Nzigou à jeter l’éponge dans cette affaire qui n’a que trop duré.  « Il n’existe pas plusieurs mandataires dans une stratégie judiciaire et le climat familial ne permettant pas d’exercer mon activité avec sérieux et crédibilité je ne pourrais plus dans ces conditions assurer la défense de mademoiselle Mete et son fils Rinaldi », a-t-il conclu. 

Pour rappel, si depuis la disparition le 12 janvier dernier de l’enfant Rinaldi, une enquête a été ouverte par le parquet d’Oyem, aucune avancée concrète n’est à signaler jusque-là.  Affaire à suivre.

Laissez votre commentaire