Affaire  POG FC:  Brice Mbika dans une série d’interrogatoires à la DGR

Brice Mbika Ndjambou, président de la LINAFP © Sonapresse

Depuis jeudi dernier, nous apprenons de sources concordantes que le président de la Ligue nationale de football professionnel (LINAFP), Brice Mbika Ndjambou, est entendu par les éléments de la Direction générale de recherche. Le staff technique de POG FC relégué la saison dernière en D2, en raison d’un  troisième forfait enregistré face à l’Union Sportive de Bitam en match comptant pour la 20e journée du National Foot 1, a saisi les services de la DGR et accuse le président incriminé de «détournement de fonds».

Le rebondissement de cette affaire qui fait les choux gras de la presse et des réseaux sociaux a surpris plus d’un. D’autant plus qu’on pensait qu’elle faisait désormais partie du triste passé du club Portgentillais. Pour mémoire, l’année dernière, la LINAF pour non paiement des arriérés de la subvention accordée par l’état en début de saison et en raison de ses trois forfaits de suite, avait décidé de la relégation de POG FC, qui en réponse a porté plainte à la DGR contre Brice Mbika, président de la Ligue nationale de football professionnel. 

Depuis jeudi dernier, le président de la LINAF effectue plusieurs tours dans les locaux de la DGR de Libreville, pour répondre à une plainte introduite par les dirigeants du club de la ville pétrolière dirigé amené par le coach Rigobert Nzamba. Dans cette saisine, POG FC demande au patron de la Linaf de «justifier le non paiement de  leur 17 millions 50 milles francs Cfa sur les 20 millions d’arriérés que l’Etat devait à tous les clubs de la catégorie élit», indique un ancien joueur de POG FC à qui le club doit plusieurs mois de salaires impayés.

Selon des sources concordantes, la plainte a été au préalable adressée au président fondateur de POG FC, Judicaël Boussougou pour expliquer pourquoi le club n’avait pas jusqu’à ce jour reçu les 17 millions 500 milles francs Cfa reçus par tous les clubs.

C’est donc à la base de cette convocation des éléments de la DGR que Brice Mbika Ndjambou, le principal acteur de la transaction a été convoqué pour d’amples d’informations. En plus, du dossier sur les 17 millions de francs CFA, il aurait été constaté lors des échanges, la présence d’une fausse facture fournie par la LINAF pour justifier les dépenses d’un montant de 3 millions 260 milles francs Cfa, (Ndlr : un reliquat de l’exercice précédent). Une facture qui date de novembre 2017, mentionnant un montant de 3 millions 705 milles francs Cfa pour des visites médicales des joueurs au mois de janvier. Toute chose qui ne tient pas la route car le championnat n’avait pas encore démarré à la date indiquée, mais aussi à cause des montants avancés.

A en croire certaines indiscrétions, après la deuxième convocation de vendredi dernier, le président de la Linaf et certains joueurs de POG FC ont été contactés pour percevoir individuellement leurs émoluments. «Une démarche qui semble donner raison aux dirigeants de POG FC qui parlent de détournement des fonds de la part de la LINAF», peut-on lire sur Gaboneco.

D’après certaines informations, la Linaf enregistrerait une autre dette vis-à-vis de POG FC en rapport avec les frais d’engagement pour l’année 2016-2017. Il s’agit notamment des frais relatif à la licence, et les visites médicales.

Nous apprenons que monsieur Mbika a été attendu une fois de plus ce lundi 26 février dernier. La Ligue nationale de football professionnel envisage-t-elle d’apporter des éclaircissements sur cette affaire qui l’oppose à POG FC ? Wait and see.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire