Affaire Mercy Munkaah: le concubin en liberté provisoire

Mercy Munkaah © L'Union

La mort survenue le jeudi 31 janvier dernier, de la jeune Mercy Munkaah a remis au goût du jour le sort réservé à son concubin Kingsley Nkongho qui avait tenté de la tuer en la brûlant. Et pour cause, le concubin avait été interpellé puis placé en garde à vue. Ce dernier a par la suite été présenté devant le parquet et auditionné, puis laissé en liberté provisoire.

GABON LIBREVILLE

Chaque jour,l’affaire Mercy Munkaah connaît un nouveau rebondissement. Pour rappel, cette ressortissante camerounaise a été victime de la jalousie de son concubin qui a tenté de la tuer en lui aspergeant un liquide inflammable avant de mettre le feu alors qu’il l’avait enfermée dans leur chambre, dans la nuit du 1er janvier dernier, au quartier Nkembo dans le 2ème arrondissement de Libreville. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le fait que la victime ait succombé aux blessures a suscité l’intérêt des autorités judiciaires afin de rendre justice à cette commerçante.

Selon une source s’étant confiée à notre confrère le quotidien L’Union, Kingsley Nkongho le concubin de la défunte a été interpellé le samedi 2 février dernier par les agents de la Direction de la sûreté urbaine (DSU) non loin du commissariat de Nkembo alors qu’il allait rendre visite à son frère. Il a par la suite été mis en garde à vue au commissariat dudit quartier. Au Terme de l’enquête préliminaire, le présumé assassin a été présenté devant le parquet qui après audition de ce dernier a décidé de lui accorder une liberté provisoire.

Nul doute que cette décision ne réjouirait pas la famille encore moins les proches de la défunte Mercy qui aurait envisagé in extenso une issue plus grave pour leur désormais ancien gendre. Contactée par Gabon Media Time, la famille n’a pas souhaité s’exprimer sur la situation qui la frappe. Ce silence compréhensible masquerait certainement une profonde indignation et de la tristesse . Espérons que les heures, jours et mois à venir permettront d’aboutir à un dénouement de cette affaire qui devrait interpeller aussi bien la gente masculine que féminine sur la maîtrise de soi et le sens du pardon.

Laissez votre commentaire