vendredi,2 octobre 2020
Accueil A La Une Affaire Léandre Nzue: une solution à «l’amiable», la proposition de la CGLU...

Affaire Léandre Nzue: une solution à «l’amiable», la proposition de la CGLU au ministère de l’Intérieur

C’est par le biais d’une lettre adressée au ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha ce 11 septembre 2020 que l’association des Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLU Afrique) a saisi le ministre de l’Intérieur aux fins de plaider en faveur du maire de la commune de Libreville. L’idée par cette saisine du CGLU Afrique, dont Léandre Nzue est le président est de demander aux autorités gabonaises de chercher une «solution à l’amiable».  

C’est en raison de son statut de président de cette organisation que Léandre Nzue, édile de Libreville a reçu ce que l’on peut qualifier comme le soutien ou la bienveillance de l’association des Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique. Laquelle par le truchement de son secrétaire général Jean Pierre Elong Mbassi, dans une correspondance, en plus de sa volonté d’avoir des informations précises sur « l’affaire Léandre Nzue », avait surtout pour objet d’explorer les « les possibles mesures d’apaisement à mettre en œuvre »

C’est en substance ce que demandait le secrétaire général de l’association des Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique dans sa correspondance. « Il m’a également été demandé de voir avec les autorités concernées dans quelle mesure les éventuelles poursuites pourraient connaître une issue amiable dans le cadre du respect de la libre administration des collectivités territoriales et des lois et règlements correspondants », a écrit Jean Pierre Elong Mbassi. 

Cette issue favorable espérée par les membres du CGLU Afrique est celle sur laquelle s’est appesanti Jean Pierre Elong Mbassi dans sa correspondance. « C’est la raison pour laquelle j’ai été instruit, en tant que Secrétaire Général de CGLU Afrique, de m’enquérir de la situation auprès des personnes les plus autorisées au Gabon, et d’en faire rapport au Comité Exécutif de CGLU Afrique pour que ce dernier définisse la conduite à tenir », a-t-il ajouté. 

Une posture qui s’explique non seulement en raison du statut de celui sur qui pèsent désormais des soupçons de détournements et de blanchiment de fonds, mais également, selon l’association des Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique, par le fait que « Le maire de Libreville représente l’ensemble des maires et élus des villes et territoires d’Afrique, et son arrestation éventuelle ne peut laisser indifférente la communauté des collectivités territoriales ». 

Depuis plusieurs jours, l’édile de la commune de Libreville est dans la tourmente, au coeur d’un scandal de détournement présumé de fonds publics et de blanchiment de capitaux. Interpellé par la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire (DGCISM), communément appelée B2, avant d’être placé en garde à vue. Léandre Nzue a ensuite été présenté au palais de justice ce lundi 11 septembre 2020. L’homme aurait par la suite  fait un malaise, il se trouve désormais en soins à l’hôpital militaire. 

A l’allure où vont les choses, il est très peu probable que les sollicitations formulées par l’association des Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique trouvent un écho favorable auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha. 







Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;