jeudi,29 octobre 2020
Accueil A La Une Affaire Kongossanews: Maganga Moussavou astreint à payer une provision de 20 millions

Affaire Kongossanews: Maganga Moussavou astreint à payer une provision de 20 millions

Après l’introduction d’une citation directe en correctionnel pour outrage sur une autorité publique par voie de presse, l’ancien vice-président de la République Pierre-Claver Maganga Moussavou assisté de  Maître Jean-Paul Moumbembe, avocat au barreau du Gabon était face au directeur de publication du média en ligne Kongossa News  Stive Makanga. Au terme de cette audition le tribunal a ordonné le paiement d’une provision de 20 millions de Fcfa afin que l’affaire soit mise en jugement. 

Le contentieux qui oppose l’ancien vice-président de la République et le directeur de la publication du site Kongossa News vient de prendre une nouvelle tournure ce mercredi 26 juin 2019. C’est donc accompagné de son conseil Maître Jean-Paul Moumbembe que Pierre Claver Maganga Moussavou s’est presenté à cette première audience correctionnel qui avait pour objectif de fixer le montant de la provision à verser au trésor public pour permettre l’enrôlement de l’affaire. 

Malgré la demande de renvoi faite par le patron du média en ligne qui souhaitait constituer avocat, le tribunal n’a pas retenu celle-ci. Décision a donc été prise qui demande au plaignant, le président du Parti social démocrate (PSD) de s’acquitter d’une provision d’un montant de 20 millions de Fcfa.  

Joint au téléphone par Gabon Media Time, l’avocat de l’ancien vice-président de la République a indiqué que son client s’était acquitté du versement de cette provision. « Nous avons payé la provision et présenter la preuve du paiement pour que l’affaire soit enroe », nous a-t-il confié.   

Lors de cette audience pour le moins houleuse, le journaliste dit avoir fait l’objet d’intimidations de la part de plaignant indiquant que ce dernier lui aurait intimé l’ordre de rembourser le montant qu’il a dépensé pour le paiement de la provision. Une position balayée d’un revers de la main par la partie adverse qui assure qu’il n’y a eu aucune menace proférée. 

« Ce n’est pas une menace. C’est moi qui l’ai dit au prétoire. J’ai dit au juge qui a rendu la décision que j’espère que cet  argent que nous payons, notre adversaire sera condamné à nous payer le montant du dommage et intérêt que nous avons sollicité », a relevé Maître Jean-Paul Moumbembe.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion