jeudi,28 octobre 2021
AccueilA La UneAffaire Evelyne Nda Mekama: la Cnamgs dénonce une instrumentalisation

Affaire Evelyne Nda Mekama: la Cnamgs dénonce une instrumentalisation

Ecouter cet article


L’affaire fait grand bruit au sein de l’opinion et plus particulièrement sur les réseaux sociaux. Après avoir bénéficié d’une immatriculation puis d’une prise en charge par la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs) qui avait conduit à son évacuation, le cas de la jeune Nda Mekama Eve semble désormais confus, certains parlant d’une expulsion vers le Gabon. Des assertions qu’à tenu à démentir l’organisme.  

En effet, son évacuation sanitaire avait abouti à une intervention chirurgicale qui s’était déroulée dans de bonnes conditions et qui avait conduit à l’amélioration de son état de santé. « Après un échange entre son médecin traitant de France et celui du Gabon, il a été convenu qu’Evelyne est en état d’être suivi par les médecins locaux, notamment dans le service de la Médecine Générale du CHUL qui est doté des molécules nécessaires pour le suivi médical de la patiente », précise le communiqué de la Cnamgs.

Sauf que depuis plusieurs semaines, une polémique s’est déclenchée sur les réseaux sociaux autour de cette décision de retour au Gabon. Se faisant l’écho de cette affaire, des activistes gabonais arguent qu’alors que les médecins français préconisaient un traitement d’une durée d’un an, la Cnamgs aurait  unilatéralement pris la décision de rapatrier Evelyne Nda Mekama au bout de seulement deux mois passés en France.

Des assertions jugées intolérables par la Cnamgs, des menaces de mort et des injures ayant même été proférées contre les responsables en charge de ce dossier. Pis l’organisme révèle que « certains activistes, pour des raisons qui leur sont propres, ont empêché la petite Evelyne de prendre l’avion et se servent des images choquantes et anciennes pour diffamer la Cnamgs et ses collaborateurs ».

Autre élément pour le moins troublant, l’organisme en charge de la prise en charge de la patiente indique que le parent accompagnateur se serait résolu à vivre définitivement en France au frais de la Cnamgs en utilisant Evelyne comme raison pour contraindre l’organisme d’aide social.  

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop