jeudi,1 octobre 2020
Accueil A La Une Affaire Danièle Obono: «Ce n’est pas un texte raciste», se justifie Valeurs...

Affaire Danièle Obono: «Ce n’est pas un texte raciste», se justifie Valeurs actuelles

La représentation de Danielle Obono, députée de la France Insoumise par le magazine Valeurs actuelles ayant suscité l’indignation collective, a finalement conduit ledit magazine à réagir, non pas pour démentir ni s’excuser mais surtout pour justifier sa position. Jusqu’au-boutiste, Valeurs actuelles bat du revers de la main, les accusations de racisme. Il fustige par contre le manque de hauteur et de perspicacité de certains Français qui n’ont saisi ni l’esprit, ni l’essence de cette Une d’un magazine du reste réputé d’extrême droite. 

 « Notre texte n’a rien de raciste. Sans quoi nous n’en aurions pas publié une ligne ». C’est la position officielle affichée par le magazine Valeurs actuelles par le biais d’un communiqué de presse publié sur leur compte Twitter. 

Valeurs actuelles soutient notamment que cette Une s’inscrit dans le cadre d’un programme roman-fiction dans le but de se replonger avec dérision dans l’histoire. « Valeurs actuelles a publié chaque semaine un roman-fiction dont le concept était simple : plonger une personnalité contemporaine dans une période passée, afin de faire resurgir par ce contraste, certaines inepties de notre époque », a-t-on pu lire dans le communiqué.  

Ainsi dans le stricte respect de cette logique, plusieurs personnalités ont été représentées dans diverses situations de l’histoire. C’est en cette occurrence que « François Fillon avait été représenté, placé du temps de la Révolution ou encore Didier Raoult dans les tranchées de 1914 ». Le dernier numéro de la controverse, « était consacré à la députée de la France Insoumise (LFI) Danièle Obono que nous avons fait voyager dans l’univers atroce de l’esclavage africain du XVIIIe siècle », explique en outre le magazine. 

Et le communiqué de préciser que l’intention du magazine de remettre en cause la posture des « indigénistes et les déconstructeurs de l’histoire qui veulent faire payer le poids de l’histoire de cette insoutenable traite aux seuls Européens». Le choix a donc été porté sur la députée de La France Insoumise, Danièle Obono par « ses prises de positions répétées à cette entreprise idéologique de falsification de l’histoire ». 

Une posture du directeur du magazine d’extrême droite, Geoffroy Lejeune qui, loin de reconnaître le caractère raciste de sa publication, fait surtout un procès en inculture et en méconnaissance de l’histoire à la France qui s’indigne. 

Pour rappel, Valeurs actuelles a publié cette semaine un récit de sept pages dans lequel Danièle Obono, dépeinte avec un collier en fer au cou, « expérimente la responsabilité des Africains dans les horreurs de l’esclavage » au XVIIIe siècle.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;