Affaire Blaise Wada: Thierno Demba coupable de faux témoignage ?

© D.R

La quatrième audience du procès Ministère public-Etat gabonais contre Blaise Wada s’est tenue le jeudi 5 avril dernier au palais de Justice de Libreville, devant la Cour criminelle spéciale, présidée par Paulette Akoly née Ayo Mba, avec comme points forts, de nouvelles auditions de témoins dont, Thierno Demba, directeur général de Baticom Holding Gabon, qui s’est illustré par de rétro-pédalages aux allures de faux témoignages.

Comme si le témoin Thierno Demba avait subis des pressions entre la troisième et la quatrième audience, ce dernier est revenu sur les propos qu’il avait précédemment énoncé sur le prêt d’argent d’un montant de 140 millions de Fcfa fait à Blaise Wada. Au cours de la dernière audience, il a affirmé lui avoir donné 260 millions de Fcfa.

Pour rappel, ce témoin avait déjà confié à la Cour lors de la première audience s’être rendu à Bakoumba et que son voyage, lui avait permis de flairer une bonne affaire, ce qui l’avait conduit à mettre à la disposition de Blaise Wada les 140 millions de Fcfa. Puis au cours de l’audience du 29 mars, il a dit ne s’être jamais rendu dans le Haut-Ogooué. Cette reculade dénote d’un faux témoignage.

Cela est d’autant plus vrai que même la présidente de la Cour criminelle spéciale, a, avant de débuter les auditions, rappelé : «Vous avez été appelé à la barre à titre de témoin, mais si vous mentez, on peut vous inculper pour faux témoignage», d’un ton menaçant à l’endroit des témoins, notamment Thierno Demba, qui prenant la parole a reconnu avoir proférer des mensonges devant la barre, lors de ses précédentes auditions. «Si je n’ai pas dit la vérité jusque-là, c’est parce que j’avais peur», a-t-il précisé.

Un affirmation qui suscite des questionnements. Qu’est-ce qui a bien pu effrayer l’homme d’affaires malien au point de l’amener à changer devant la barre de version des faits ? Surtout que ce changement intervient au cours de la quatrième audience et après que la Cour lui ait demandé de se présenter à chaque audience jusqu’au verdict?

De sources concordantes, le patron de Baticom Holding Gabon aurait quelques démêlées avec la Direction générale de douanes et de droits indirects du fait, dit-on de fausses déclarations. La peur d’un redressement douanier aurait-elle motivé le rétropédalage de Thierno Demba?

L’autre fait marquant de cette audience, c’est que l’homme d’affaires reconnaît avoir donné de l’argent à Blaise Wada, sans que ce dernier ne lui ait rien demandé. Il affirme d’ailleurs qu’ «il ne s’agit pas de rétro-commissions», parce que, dit-il «j’avais déjà obtenu les marchés et il n’y a pas eu d’accord stipulant que M. Wada me donne des marchés et et moi je lui donne quelque chose en contrepartie», a-t-il témoigné.

Thierno Demba qui est considéré par la Cour criminelle spéciale comme le maillon fort du dénouement du procès Ministère public-Etat gabonais contre l’ancien coordinateur de l’Unité de coordination de l’étude et des travaux (UCET) n’a-t-il pas perdu toute crédibilité en dissimulant une partie de la vérité depuis le début ? Nous y reviendrons.

Laissez votre commentaire