Affaire Aba’a Minko/ Bilie-By-Nze : «Nous voulons entendre M. Ping dire publiquement qu’il condamne la violence»

C’est devant la presse nationale et internationale à l’occasion de sa traditionnelle conférence de presse, tenue ce lundi 19 juin 2017, à la Maison de la Radio Télévision gabonaise George Rawiri, que le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze a fait cette déclaration.

Évoquant les derniers événements qualifiés d’odieux et liés à l’ancien candidat à l’élection présidentielle, Roland Désiré Aba’a Minko, le porte-parole du gouvernement a invité Jean Ping à prendre la parole devant les médias pour condamner cet acte. «Le gouvernement de la République demande à Monsieur Ping de condamner publiquement ces actes posés par l’un de ses soutiens», a-t-il affirmé.

De quelle condamnation publique parle t-il vu que Jean Ping et la Coalition qu’il chapeaute se sont désolidarisés de ces actes à travers un communiqués publiés dans les médias et une déclaration de presse lue samedi dernier, par Jean Gaspard Ntoutoume Ayi. Alain Claude Bilie-By-Nze a exigé une déclaration publique de celui qui se considère toujours comme le «président élu», «nous devons entendre monsieur Ping dire qu’il condamne, il ne s’agit pas de dire “je ne me reconnais pas” ça ne veut rien dire!», a-t-il précisé.

Rappelons que Désiré Aba’a Minko a menacé de faire exploser plusieurs édifices publics si Ali Bongo ne démissionnait pas sous 72 heures avant son arrestation au siège de l’Union européenne vendredi dernier, aucune réaction du ministre de l’Intérieur, de la Défense nationale mais celle de Jean Ping est attendue ?

Laissez votre avis