Accouchement : Mekam’ne Edzidzie et Allogho Akoue sensibilisent sur la gratuité

Denise Mekam’ne et Allogho Akoue en campagne © GMT

Dans l’optique de sensibiliser sur la mesure de gratuité des frais  d’accouchement annoncée par Ali Bongo, lors de ses voeux à la Nation, la ministre d’Etat en charge de la Santé, Denise Mekam’ne Edzidzie a effectué, ce jeudi 8 février 2018, une tournée dans des structures sanitaires publiques de Libreville. Il était question pour le membre du gouvernement d’édifier les responsables de ces établissements hospitaliers sur la nécessité d’appliquer cette décision du Chef de l’Etat.

C’est accompagné du directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), Renaud Allogho Akoue, que Denise Mekam’ne Edzidzie  a visité tour à tour le Centre de protection maternelle et infantile (PMI) d’Okala, le Centre de santé de Nzeng-Ayong, le Centre hospitalier régional de Melen et Hôpital de la Coopération Égypto-Gabonais. Dans chacunes de ces structures, le message était le même : évaluer les difficultés rencontrées par ces etablissements sanitaires, mais aussi, expliquer aux responsables et personnels les contours de la prise en charge des bénéficiaires de la gratuité des soins dans les maternités publiques.

Prévue entrée en vigueur le lundi 19 février prochain, la mesure devrait permettre d’alléger les charges prénatales des futures mères. «Nous disons : “ordonnance zéro”, en ce sens qu’il ne doit pas leur être demandé de payer pour les paires de gants, par exemple. Il peut survenir une difficulté qui nécessite d’autres dispositions, mais ce que nous souhaitons, c’est que tout le minimum nécessaire soit mis à leur disposition», a martelé Denise Mekam’ne Edzidzie.

Lors de ce marathon des différents centres hospitaliers, le directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), Renaud Allogho Akoue, a également réaffirmé l’engagement de cet organisme à faciliter l’application de cette mesure. «Nous allons assurer systématiquement les femmes qui ne le sont pas dès leur première visite», a-t-il indiqué.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire