Accès aux services bancaires: les Ogivins abandonnés par les pouvoirs publics

La ville de Makokou © D.R

C’est une bien triste situation que vivent les populations de l’Ogooué-Ivindo dans le nord-est du Gabon. Entre difficultés routières du fait d’un réseau en piteux état, difficultés sanitaires et sécuritaires, cette province pourtant la plus vaste du pays, est en plus en proie à d’immenses difficultés d’accès aux services bancaires. Ainsi, dans toute cette région du pays, il n’existe aucun guichet de banque privée, ce qui contraint les usagers de ces services bancaires à rallier les provinces voisines ou simplement la capitale, pour avoir accès à leur pécule.



Province la plus vaste du pays avec plus de 46 075 km2, mais aussi l’une des plus riches avec notamment le minerai de fer et l’or comme ressources principales, l’Ogooué Ivindo reste pourtant la province la moins bien lotie du pays, voire la plus désoeuvrée. Entre désintérêt des autorités, absence d’investissements, et réseau routier en piteux état, mais surtout absence totale de banques privées, cette province est tout simplement laissée-pour-compte.

En effet, pour les nombreux agents de l’Etat et autres professionnels exerçant dans cette province, la fin du mois représente un véritable parcours du combattant, où l’absence de liquidités au sein de la seule banque provinciale qui se trouve être la Banque postale, est devenue la norme. Dépourvu de guichets ou simplement d’opérateurs bancaires privés comme c’est le cas partout ailleurs, Makokou chef lieu de cette province oubliée, est financièrement coupé de la civilisation.

Obligé de se rendre dans les provinces voisines du Haut-Ogooué, du Woleu-Ntem ou simplement jusqu’à la capitale Libreville, les populations Ogivines sont livrées à elles mêmes, bravant parfois la mort au regard du chemin de croix que représentent certains axes routiers notamment Ovan-Makokou. Délaissés par les pouvoirs publics, notamment le ministère de l’Economie et de la Prospective, qui devrait logiquement s’atteler à faciliter la vie des citoyens, les Ogivins se sont résolus à braver d’immenses difficultés pour nourrir leurs familles.

Fief politique de plusieurs autorités à l’instar de l’actuel ministre d’Etat aux Sports Alain Claude Bilie By Nze, de la ministre de la Pêche Prisca Koho Ep Nlend ou encore de l’ancien Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, l’Ogooué-Ivindo reste pourtant une énigme. En outre, le potentiel touristique de cette province avec principalement le parc de la Lopé, aurait dû accélérer la prise de décision en faveur de l’autonomisation de cette province, ce qui n’est jusque là malheureusement pas le cas.

Laissez votre commentaire