Accès aux médias publics: la HAC lève la sanction contre Axa Gabon

Siège d'AXA Gabon © GMT

Axa Gabon a par le biais d’un recours gracieux obtenu la levée de la suspension ordonnée le 28 février dernier par la Haute autorité de la communication (HAC). Cette décision vient mettre fin à la responsabilité de l’assureur dans l’affaire du journaliste Mesmin Brice Gotoa.



Suspendu le 28 février dernier par la Haute autorité de la communication pour trois mois, Axa Gabon recouvre ses droits de passage sur les médias publics après avoir déposé un recours gracieux auprès du régulateur des médias aux fins d’obtenir l’annulation de sa décision.

Lire aussi >> Gabon: la direction générale d’Axa ne reconnaît pas avoir porté plainte contre Brice Gotoa 

Cette décision fait suite aux deux rencontres organisées les 1er et 4 mars derniers au siège de la HAC entre les conseillers membres et les responsables de l’assureur dans le but de retracer les faits et retablir les responsabilités. A cette occasion, Axa Gabon a pu démentir les accusations portées contre elle et obtenir l’indulgence de la Haute autorité de la communication qui a finalement levé ses sanctions.

La direction générale d’Axa Gabon soulagé de cette levée de sanction contre l’entreprise n’a pas manqué de réaffirmer son attachement à la liberté de la presse et de remercier la HAC pour sa compréhension et son professionnalisme. « Nous tenons à remercier la Haute Autorité de la Communication pour son écoute et nous nous félicitons qu’elle ait accepté de lever les mesures qui avaient été prises contre nous », a confié un responsable de cette compagnie d’assurance à Gabon Media Time

Pour rappel, la Haute autorité de la communication avait suspendu Axa Gabon pour ne pas avoir répondu à deux convocations qui lui avaient été adressées. Suite à cette décision de suspension, la société d’assurance avait réagi en déclarant ne pas être à l’origine de la plainte déposée contre le journaliste Brice Gotoa. Elle avait souligné que cette initiative individuelle était portée par un employé lésé par un des articles du journaliste.

Laissez votre commentaire