mardi,24 novembre 2020
Accueil A La Une Accès à l'espace Schengen: Moukagni Iwangou appelle l'UE à reconsidérer le cas...

Accès à l’espace Schengen: Moukagni Iwangou appelle l’UE à reconsidérer le cas du Gabon

C’est à la faveur d’un point de presse animé ce samedi 24 octobre 2020 que le président de l’Union et solidarité (US) Jean De Dieu Moukagni Iwangou a tenu à aborder la question de l’interdiction d’accès aux ressortissants gabonais à l’espace Schengen. Pour le président de cette formation politique, la tendance baissière de la courbe de contamination et l’exemplarité de la riposte gabonaise doivent être prises en compte par les pays de l’Union européenne (UE) afin d’adjoindre le Gabon au nombre de pays autorisés à pénétrer cette zone franche.

Condamné à assister impuissant aux mutations opérées dans les rapports entre États pour cause de Covid-19, Jean De Dieu Moukagni Iwangou a rappelé le contexte difficile actuel. « L’ouverture à autrui est devenue une menace, et le repli sur ses frontières, le rubicond protecteur que nul n’a plus le droit de franchir », a déploré le président de Union et solidarité. Une attitude protectrice qui aura conduit l’Union européenne à définir des modalités d’accès à l’espace Schengen par les autres États et principalement l’Afrique. D’ailleurs seuls 4 pays du continent noir ont été inscrits sur la short liste retenue.

Au nombre des pays exclus par ladite mesure, le Gabon. C’est donc à juste titre que Moukagni Iwangou a livré, le samedi 24 octobre dernier, un plaidoyer pour la cause de son pays dont il estime être éligible à être rajouté à ladite liste établie le 30 juin dernier et dont l’actualisation est censée être faite tous les 15 jours. Pour ce faire, l’homme politique a dressé le bilan épidémiologique depuis le 14 mars à ce jour. Une représentation périodique exhaustive qui met en exergue la baisse fulgurante de la courbe évolutive de contaminations liées à la Covid-19. 

A ce propos, l’ancien membre du gouvernement précise que « la situation du Gabon donne à constater qu’on guérit autant qu’on contracte le virus », a-t-il déclaré devant la presse nationale et internationale. Par ailleurs, Jean De Dieu Moukagni Iwangou n’a pas tari d’éloges à l’endroit du gouvernement gabonais qui n’a ménagé aucun effort pour définir une riposte efficace contre la pandémie à Coronavirus. 

S’appuyant sur la réalité des données chiffrées connues de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comparativement à l’Algérie, Maroc,Tunisie et Rwanda, seuls pays africains dans ladite short list le leader d’opinion a appelé à « reprendre le dialogue, au bénéfice et dans l’intérêt de deux peuples, en vue de leur rétablir respectivement le droit de visa, et consolider une tradition séculaire d’échange et de solidarité qui les a toujours liés », a-t-il indiqué à l’endroit des hautes autorités du Gabon mais aussi des représentants de L’Union européenne et des organes onusiens installés à Libreville.

Pour information, dans l’optique de se prémunir de la pandémie à Coronavirus qui a fortement affecté le continent européen, les autorités de l’UE ont opté pour la fermeture de leurs frontières à l’international. Seule une poignée de pays demeurent à ce jour autorisés à accéder dans l’espace Schengen. Pour ce qui est des autres pays désireux d’y être intégrés, il faudra préalablement remplir certaines conditions cumulatives. Il s’agit d’avoir moins de 16 cas pour 100 000 habitants sur une durée cumulée de 7 jours. Un plaidoyer louable qui on l’espère sera entendu.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion