lundi,23 mai 2022
AccueilDerniers articlesAccès à l'eau potable: le Gabon 3ème pays en Afrique

Accès à l’eau potable: le Gabon 3ème pays en Afrique

Ecouter cet article

C’est ce que révèlent les résultats de l’étude d’évaluation préliminaire de la sécurité de l’eau dans 54 pays d’Afrique, «Water Security in Africa», rendus publics le lundi 21 mars 2022 par l’Institut universitaire des Nations unies pour l’eau, l’environnement et la santé (UNU-INWEH). Ainsi, l’enquête place le Gabon 3ème  en Afrique avec un score de 68/100 d’un classement dont la tête est tenue par  le Botswana et l’Égypte considérés comme les leaders en sécurité hydrique et en accès à l’eau potable.

Le lundi 21 mars 2022 ont été dévoilés les résultats de l’étude portant sur la sécurité de l’eau dans 54 pays d’Afrique publié par l’Institut universitaire des Nations unies pour l’eau, l’environnement et la santé. Il s’agit d’un calcul accumulé des données relatives à des composantes complémentaires et interdépendantes de la sécurité nationale de l’eau. Notamment, l’accès à l’eau potable, l’accès à l’assainissement, hygiène et santé, la disponibilité de l’eau, l’efficacité de l’utilisation de l’eau, infrastructures hydrauliques, la qualité de l’eau, la gouvernance de l’eau, risques de catastrophes liées à l’eau et physiographie.

Concernant le rapport 2022, le Gabon occupe la 3ème place sur le continent avec 68 points sur 100, se classant ainsi derrière le Botswana et l’Égypte. Ainsi, il est l’un des 29 pays africains ayant fait des progrès au cours des cinq dernières années, dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD) dont un est consacré entièrement à l’eau et à l’assainissement pris en 2015. Une reconnaissance qui ne cadre pas avec la réalité sur le terrain quant on sait qu’une partie importante de populations n’a pas accès à cette denrée précieuse et est contrainte parfois à avoir recours à des puits artisanaux pour des besoins essentiels au quotidien. 

Une situation que déplorent les riverains qui ont à maintes reprises fustigé l’abandon dont ils font l’objet de la part des autorités gouvernementales. Toute chose qui devrait interpeller les plus hautes autorités en l’occurrence le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda et le ministre de l’Énergie et des ressources hydrauliques Alain-Claude Bilie-By-Nze afin qu’ils se penchent également sur ce phénomène devenu légion autant dans la capitale gabonaise qu’à l’intérieur du pays. 

Andy Marvine Nze
Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Global Media Time Gif
Enami Shop