mardi,14 juillet 2020
Accueil A La Une Accès à la profession d’avocat: le barreau plaide pour le retour à...

Accès à la profession d’avocat: le barreau plaide pour le retour à l’ancien régime

C’est au terme de son audition de ce mercredi 27 mai devant Sénat, que le bâtonnier de l’ordre des avocats du Gabon, Maître Lubin Ntoutoume, a soumis aux vénérables sénateurs une proposition de loi  fixant le cadre d’exercice de la profession d’avocat en République gabonaise. Concrètement, l’ordre des avocats demande à ce que la nouvelle exigence visant à présenter le Certificat d’aptitude de la profession d’avocat (CAPA) comme pratiquée dans l’hexagone soit écartée aux fins de revenir à l’ancien régime beaucoup plus souple qui donnerait lieu à de nouvelles prestations de serment de plusieurs Gabonais bloqués dans la postulation depuis plus de 4 ans. 

Global Media Time Gifpx

Loi portant modification et complétant certaines dispositions de la loi fixant le cadre d’exercice de la profession d’avocat en république gabonaise ne semble plus être du goût de maître Lubin Ntoutoume bâtonnier de l’ordre des avocats qui à l’occasion d’une rencontre avec les sénateurs, a clairement remis en cause ce régime qui aujourd’hui privé de l’accès à la profession d’avocat de nombreux jeunes juristes gabonais. 

Dans son plaidoyer maître Lubin Ntoutoume est revenu sur la disposition de l’article précité dont l’article 18 oblige tout postulant à une carrière d’avocat de passer comme en France l’examen du Certificat d’aptitude de la profession d’avocat (CAPA), alors que le Gabon ne dispose dans les faits d’aucune école d’avocat pour les former et leur permettre de décrocher et présenter ledit diplôme. 

C’est en cette occurrence que le bâtonnier de l’ordre des avocats du Gabon et ses confrères se sont présentés à la chambre Haute du Parlement pour « demander aux vénérables sénateurs après l’Assemblée nationale, de mettre entre parenthèses, cette exigence légale de l’article 18 sur la présentation du CAPA, en attendant que l’école soit mise en place ». 

Une position qui s’est accompagnée d’une proposition visant à remettre sur la table l’article 24 non pas pour son application mais surtout pour sa réécriture en faisant de la Cour de Cassation la seule cour habilitée à recevoir le serments des nouveaux avocats. « Cette loi avait déjà prévu la prestation de serment. Nous avons simplement demandé de revenir à l’écriture ancienne de cette disposition de l’article 24 pour que le serment soit reçu par la seule Cour de cassation », a-t-il indiqué. 

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt