samedi,26 septembre 2020
Accueil A La Une Abdu Razzaq Guy Kambogo: «les médicaments ne font pas partie des produits...

Abdu Razzaq Guy Kambogo: «les médicaments ne font pas partie des produits assujettis au Progec»

La levée de boucliers de l’Ordre national des pharmaciens du Gabon(ONPG) et du Syndicat des pharmaciens du Gabon (SPG) sur la pression fiscale dont ils feraient l’objet à la suite de l’entrée en vigueur du Programme gabonais d’évaluation de la conformité (Progec) n’a pas manqué de susciter une réaction au sein de l’Agence gabonaise de normalisation (Aganor). C’est dans ce cadre que le directeur général de cette entité Abdu Razzaq Guy Kambogo a, au cours d’une conférence de presse animée ce mercredi 16 septembre 2020, tenu à rassurer sur la nonaugmentation du prix du medicament. 

En effet, si  les principaux acteurs du secteur avaient exprimé leur inquiétude à la suite de l’entrée en Progec, le directeur général de cet organisme a tenu à édifier l’opinion nationale sur les contours de son application. Abdu Razzaq Guy Kambogo a donc indiqué que l’entrée en vigueur de l’arrêté 1080-20/MTCPMEI/MEF fixant les conditions d’application de l’Évaluation de la Conformité aux normes des produits et l’entrée en vigueur des contrôles n’allaient en rien impacter le prix du medicament.

Si cet arrêté est matérialisé par la délivrance d’un certificat de conformité délivré par Aganor, le premier responsable de l’Aganor a tenu à indiquer qu’« il y a eu malencontreusement une mauvaise lecture de l’arrêté qui a fait que certains opérateurs, notamment ceux du secteur pharmaceutique, fassent une sortie et affirment qu’il va avoir une augmentation du prix du médicament du fait de l’exigence du certificat de conformité induit par l’élargissement du champ d’application du Progec ». 

Pour Abdu Razzaq Guy Kambogo, l’augmentation du prix du médicament agité par les pharmaciens n’avait pas lieu d’être car le médicament, même s’il fait partie d’un ensemble appelé produits de santé, ne fait pas partie du champ d’application du Progec. Pis, il a expliqué que le médicament est exclu du champ d’application de l’arrêté mais surtout qu’il est exonéré des droits de douane

Il a indiqué par contre que le médicament fait l’objet d’un contrôle et d’évaluation  par l’Agence du médicament.  « L’arrêté l’a prévu. Il était inutile de citer spécifiquement le médicament » a-t-il commenté. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Lauris Pembahttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en droit Public, je suis passionnée par le journalisme depuis des années. J'anime l'actualité au quotidien sur GMT depuis son lancement en juillet 2016.
Street 103 Gabon Gmt