Le 58e anniversaire de l’indépendance, placé sous le thème de la «gestion démocratique des foules»

Ce vendredi 17 août 2018, le Gabon a célébré le 58e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Présidée par le chef de l’État Ali Bongo Ondimba, au boulevard du bord de mer, la parade militaire  a été placée sous le thème de la «gestion démocratique des foules».

En présence des membres du gouvernement, des présidents des institutions constitutionnelles, des autorités religieuses, des représentants des missions diplomatiques et des responsables des forces de sécurité, le couple présidentiel a salué les troupes aériennes et terrestres venues défiler.

Le défilé aérien, composé d’un aéronef et huit hélicoptères de combat, a donné le coup d’envoi de la grande parade, proposée par le gouverneur militaire de la place de Libreville. Au sol, c’est le passage du commandant de l’ensemble des troupes des forces de défense et de sécurité, le général de brigade Yves Ditengou, qui ouvrira la piste aux différentes troupes pédestres, parmi lesquelles, les écoles militaires, la gendarmerie nationale, les forces armées, le service de santé militaire, le génie militaire, l’office national des anciens combattants, la garde républicaine et les forces de police nationale.

S’en sont suivis les passages des unités navales des forces de défense et de sécurité ainsi que des brigades motorisées de la gendarmerie nationale, des forces armées, du service de santé militaire, de la garde républicaine et des forces de police nationale. Pendant plus d’une heure, le président de la République, son épouse, les officiels ainsi que le public ont salué le passage de la parade militaire, qui a rassemblé 6980 hommes et femmes défilant à pied, 05 blocs motorisés de maintien de l’ordre et de 16 motos de l’escadron d’escorte présidentielle.

La cérémonie s’est achevée sur une note de l’hymne national, «La Concorde», interprété par l’ensemble des formations musicales des forces de défense et de sécurité, comme une invitation à intégrer les valeurs de la dignité humaine, et le respect des textes en vigueur quant à la dispersion des foules au moment des manifestations, sans faire usage de violence.



Laissez votre commentaire