500 téléphones portables dérobés dans un magasin à Rio

Carrefour Rio, Libreville © D.R

A Rio, dans le 3ème arrondissement de Libreville, un magasin de vente de produits électroniques a été vandalisé par un groupe de jeunes dans la nuit du lundi au mardi 10 avril 2018. Informés des faits, les éléments des Forces de police nationale (FPN), se sont lancées à la poursuite des suspects, qui s’est soldée par l’arrestation des deux leaders, rapporte le quotidien L’Union.

Le quartier Rio, dans le 3eme arrondissement de Libreville a connu dans la nuit du 09 au 10 avril dernier un cas de vol aggravé. Un magasin de matériel électronique a été dépouillé de 500 téléphones.

Le lundi 9 avril dernier, la nuit est tombée, lorsque E.T, ferme les portes de son commerce. Plus tard, dans cette même nuit, «le gang des onze», s’est attaqué au magasin dépourvu de gardien. A l’arrière du bâtiment, ils ont créé une ouverture à coups de marteau. Ils parviennent alors à entrer dans le local. Là, sous leurs yeux, des centaines de téléphones sont exposés. Les larbins n’ont pas fait les choses à moitié. Ils ont vidé le magasin de sa marchandise en emportant dans leurs sacs 500 téléphones portables.

Le lendemain, le commerçant d’origine camerounaise est de retour à son lieu de vente. Là, il a constaté avec horreur le délit, dont il a été victime au cours de la nuit. Pour lui, ce sont près de 20 millions de Fcfa qui se sont envolés avec sa marchandise. Illico, au cours de la matinée du 10 avril, le gérant a porté l’affaire à la connaissance de la Direction de la sécurité urbaine (DSU).

Très vite, l’enquête, à peine ouverte, porte ses fruits. En effet, une descente organisée par les Officiers de police judiciaire (OPJ), a permis de mettre la main sur René Lembomo, alias Barosa et Anatole Divassa, dit La Nasa, tous deux âgés respectivement de 20 et 18 ans. Si jeunes mais pourtant les leaders dudit «gang des onze». Depuis leur arrestation, ils ont été écroués à la prison centrale de Libreville, ce vendredi 20 avril. L’enquête suit son cours afin tenter de mettre la main sur le neuf complices toujours en fuite.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire