400 moustiquaires imprégnées offertes aux populations d’Okala par Gabon Telecom

Le DG de Gabon Telecom,  Abderrahim Koumaa © D.R

Dans l’optique de soutenir la lutte contre le paludisme, et ainsi soutenir l’action des pouvoirs publics, l’opérateur de téléphonie mobile Gabon Telecom en collaboration avec le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) a procédé ce jeudi 27 avril à la distribution gratuite de 400 moustiquaires imprégnées aux patients du centre médical d’Okala dans le 1er arrondissement de Libreville, nous rapporte Gabon Actu.

GABON LIBREVILLE

C’est en présence du chef du département de la promotion de la santé et de la mobilisation sociale au PNLP, le docteur Barry Diop et du directeur général de Gabon Télécom, Abderrahim Koumaa, que ce don offert par l’opérateur numéro un de la téléphonie mobile au Gabon a été remis aux responsables du centre médical d’Okala.

Cette cérémonie qui s’est déroulée à l’esplanade du centre de santé d’Okala, a été l’occasion également de sensibiliser des dizaines des femmes venues pour la circonstance avec leurs bébés sur les méfaits de la pandémie et l’usage de la moustiquaire imprégnée.

Prenant la parole, le docteur Barry Diop a expliqué que «nous recommandons à toutes les familles (enfants, femmes, adultes, personnes âgées), de dormir sous les moustiquaires imprégnées, toute l’année, tous les jours que Dieu fait, parce qu’elles empêchent le moustique (l’anophèle) de nous piquer pour transmettre le paludisme».

En outre, le médecin chef du centre de santé d’Okala, le docteur Hortense Békalé, visiblement satisfaite de ce geste citoyen a remercié Gabon Telecom qui devrait soulager les nombreux patients qui sollicitent sa structure sanitaire. «La majorité des consultations que nous recevons ici, la cause principale c’est le paludisme et nous recevons beaucoup de personnes économiquement faibles », a-t-elle souligné.

Enfin, le directeur général de Gabon Telecom, Abderrahim Koumaa a indiqué qu’en tant que «société citoyenne, Gabon Télécom contribue aux efforts louables du ministère de la santé pour éradiquer ce fléau».

Laissez votre commentaire