300 personnes présentes lors du retour de Jean Ping et aucun blessé selon le Ministère de l’Intérieur  

Une vue de la foule au moment de l'arrivée de Jean Ping à son QG à Libreville

Faisant le point sur les événements de ce mardi 25 juillet, le Ministère de l’Intérieur à assurer que le retour de l’ancien candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016, et leader de la Coalition pour la Nouvelle République, Jean Ping, n’a été émaillé d’aucun incident majeur contrairement selon lui, aux informations relayées sur les réseaux sociaux.

En effet, dans un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, le Ministère de l’Intérieur, indique que c’est suite aux informations annonçant le retour de Jean Ping que ses services, dans le soucis de prévenir tout débordement auraient décidé du «déploiement des éléments des Forces de Police nationale; de la fermeture des débits de boissons aux alentours de l’aéroport et l’interdiction de stationnement des véhicules; et l’interdiction des attroupements au hall de l’aéroport et dans les environs immédiats».

«L’accès au périmètre de la zone aéroportuaire ayant été interdit, la détermination des  partisans de Jean Ping à braver cet interdit sous l’incitation d’un des leaders de la Coalition, a amené les forces de l’ordre à faire usage des gaz lacrymogènes pour les disperser»; précise le communiqué.

Estimé selon le ministère dirigé par Lambert Noël Matha à 300 personnes, l’escorte accompagnant Jean Ping n’aurait subi aucune entrave. Il  indique que «les forces de l’ordre ont géré cet événement avec professionnalisme et contrairement aux allégations distillées çà et là, aucune perte en vie humaine n’a été déplorée encore moins des blessés. Seules deux personnes ont été brièvement interpellées puis libérées après identification».

Laissez votre avis