UN c/ Estelle Ondo : la ministre conteste la procédure disciplinaire initiée à son encontre

1

Dans une correspondance datée du 12 octobre dernier, Estelle Ondo, Vice-présidente de l’Union nationale (UN) et par ailleurs, ministre de l’Économie forestière, de la Pêche et de l’Environnement chargé de la Protection et de la gestion durable des Écosystèmes, conteste la régularité de la procédure disciplinaire mise en place en son encontre aux lendemains de sa nomination au sein du gouvernement Issoze-Ngondet.

C’est par exploit de Maître Edzo Obiang Nicaise, huissier de justice près les juridictions de Libreville qu’Estelle Ondo, a transmis une lettre de contestation au secrétaire exécutif de l’UN, Dr Zima Ebeyard Minault Maxime, de la procédure disciplinaire dont elle fait l’objet.

En effet, s’appuyant sur les dispositions statutaires dudit parti, elle a précisé « le Bureau National se réunit au moins une fois par mois, sur convocation du président, sur un ordre du jour établi par ses soins. Toutefois, il peut en tant que de besoin se réunir sur convocation du président ou à la demande du 1 / 3 de ses membres » Et d’ajouter concernant le communiqué décidant de la mise en place de la procédure disciplinaire « en ma qualité de vice-présidente, le secrétariat exécutif dont vous avez la charge, ne m’a notifié aucune convocation relative à la tenue de cette réunion, ni l’ordre du jour de celle-ci arrêté par le président du parti » de ce fait, Estelle Ondo juge que le communiqué susmentionné visait simplement « à jeter l’opprobre sur ma réputation et sur l’unité de notre parti auquel je demeure profondément attachée ».

Ainsi, le ministre de l’Économie forestière du gouvernement d’Emmanuel Issoze-Ngondet, estime que le communiqué final du Bureau National du 3 octobre dernier « ressemble à une démarche isolée du Secrétariat Exécutif » visant à ternir son image. Par ailleurs, pour laver l’opprobre fait à sa personne, elle exige au Secrétariat Exécutif de lui faire parvenir « tous les actes sur lesquels (il) s’est fondé pour publier ce communiqué litigieux », menaçant entre autres l’organe du parti, « je me verrai contraint de vous assigner devant la juridiction compétente en réparation du préjudice que vous avez porté à mon honneur et à ma réputation ».

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire