Trois questions à… Rodney Radjoumba fondateur d’African dancers de Tunis

0

Ils sont de plus en plus nombreux ces gabonais à l’étranger qui hissent haut les couleurs du pays. Rodney Alain Nguema Radjoumba est un de ces jeunes gabonais, étudiant mais aussi leader et fondateur de la compagnie African dancers de Tunis. Il s’est prêté à notre jeu de questions-réponses.

Qu’est-ce qu’African Dancers ?

African Dancers est une équipe de jeunes étudiants passionnés de danse venant de divers horizons tels que  le Cameroun, le Gabon, la Côte d’Ivoire, la Tunisie, le Sénégal, la République Démocratique du Congo, le Congo Brazzaville et le Mali. Nous nous sommes unis dans le but de valoriser et de partager notre Art. A la tête de cette team, Rodney Spay’s danseur chorégraphe et interprète d’origine gabonaise, je suis détenteur du Prix du meilleur danseur  Jc Award 2015 de Tunis mais également nominé pour l’édition de novembre 2016.

En quoi vous différencier vous des autres groupes de danse ?

African Dancers est composée de 23 danseurs ayant  tous une particularité. Du style de danse pure Culturel allié au  moderne (Hip-Hop, Jazz moderne, Salsa, Kizumba, Coupé-décalé, Afro dance, Contemporain), ce mélange des genres et d’expériences fait la force et la particularité de notre compagnie de danse, nous pouvons aussi compter sur l’expérience du Chorégraphe Congolais Andy Rashidy.

La raison première de votre présence en Tunisie est vos études qu’en est-il ?

A l’exception de la danse nous sommes tous des étudiants venus en Tunisie dans l’optique de se construire une vie professionnelle, un avenir. D’ailleurs, je suis moi-même en fin de cycle pour l’obtention d’une licence en production audiovisuel/cinéma spécialité montage à L’Ecole d’Art et Décoration (EAD Tunis).  Nous arrivons très bien à concilier nos ambitions professionnelles et notre passion. On retrouve au sein de notre troupe des artistes chanteurs, musiciens, compositeurs, et comédiens. En un mot nous nous sommes trouvés et  sommes complémentaires dans ce que nous faisons. Cependant,  nos études passent avant tout.

Laisser un commentaire