Les employés du secteur pétrolier demandent un arrêt de travail

0

Réunis en assemblée générale le 7 septembre dernier, les employés de la société Total Gabon ont appelé leur direction générale à observer un arrêt de travail « concerté » à compter du vendredi 9 septembre 2016.

En effet, comme le révèle le compte rendu de l’assemblée générale, les employés de l’entreprise Total Gabon sont victimes de ce qu’ils apparentent à de la « stigmatisation ».

L’AG note dans un premier temps les efforts consentis par la Direction Générale pour assurer la sécurité de ses employés avec notamment la mise en place d’ilotiers, et comprend le respect par cette dernière de l’appel du Gouvernement  à la reprise du travail lundi dernier.

Cependant, les employés ont tenu à rappeler que l’entreprise Total Gabon a souvent été la cible des débordements populaires citant à titre d’exemple « La destruction du Foyer Roger Butin, l’intrusion dans la grande concession, la tentative d’incendie du bâtiment administratif,… » Des faits survenus lors de la crise post-électorale de 2009.

De plus les employés jouissent d’une image de « privilégiés » et « d’indifférents » des positions  qui ne se concilient pas au climat délétère dans lequel est plongé le pays depuis l’annonce des résultats de l’élection présidentielle par la Commission Électorale Nationale Autonome et Permanente.

La diffusion d’un reportage sur Gabon Télévision en date du mardi 6 septembre alors que le pays connait de grandes turbulences n’a pas participé à apaiser les Totaliens. Ils redoutent désormais de se voir coller une étiquette de « cibles potentielles » par les populations avec lesquelles ils cohabitent. Les salariés se demandent par ailleurs « Est-ce la direction générale qui aurait autorisée ce reportage ? »

C’est donc ce sentiment d’insécurité renforcé par « un climat politique toujours tendu, des rumeurs de ville morte, des retours différé de familles et d’une grande partie d’expatriés de la filiale,… » qui a entraîné nos compatriotes agents de la multinationale française a engager cette procédure.

L’entreprise Shell Gabon serait elle aussi en passe de rejoindre le mouvement. Les employés devraient dès la semaine prochaine travailler depuis leur domicile jusqu’à nouvel ordre.

Enfin, il semblerait que d’autres discussions soient actuellement en cours pour entreprendre des actions “plus importantes”.

Nous y reviendront.

Laisser un commentaire