Rentrée judiciaire : Ali Bongo s’engage à « préserver et renforcer », l’Etat de Droit

1

Ce lundi 3 octobre 2016, premier lundi du mois, Ali Bongo Ondimba, Président de la République et du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a pris part à l’audience solennelle de rentrée des cours et tribunaux, au Palais de Justice de Libreville.

Cette rencontre a permis au corp judiciaire d’exposer au Chef de l’Etat par ailleurs président du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), au Premier Ministre Emmanuel Issoze-Ngondet et au Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Alexis Boutamba Mbina les réalités qu’ils vivent. Le commissaire général à la loi, Henriette Mengue représentante du ministère public est revenue sur la problématique à laquelle le Conseil d’État fait face lorsque, faute d’adoption par le gouvernement des textes complémentaires, les justiciables ne peuvent pas être convenablement jugés.

Dans la même lancée, Martin Akéndengué, Premier Président du Conseil d’Etat a également rappelé le rôle du corps judiciaire au sein de la crise post-électorale qui a intensifié le travail des juges des tribunaux correctionnels.

Ali Bongo Ondimba quant à lui a insisté sur  «  le  devoir  de  réserve,  de  neutralité  et  d’impartialité  »  des  juges  dans  un état  de  droit  qu’il  «  s’est  engagé  à  préserver  et  renforcer  ».

Pour rappel, la rentrée judiciaire est la réunion de l’ensemble des magistrats et des greffiers des cours ou des tribunaux qui se déroule chaque année, au Gabon, elle a lieu le premier lundi du mois d’octobre. Au cours de cette cérémonie, les magistrats peuvent faire le bilan de l’année judiciaire écoulée et présenter les différentes perspectives de la nouvelle année.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire