Présidentielle 2016 : la candidature d’Ali Bongo validée à 5 contre 3 par le bureau de la Cenap

0

La décision rendue publique ce jour par la Commission Électorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) sous la référence N°001664/Cenap/Cab-P/P aurait fait l’objet de longs et houleux échanges. Lors de la séance plénière, les représentants de l’opposition auraient appelé au rejet de la candidature du président candidat Ali Bongo Ondimba dont la filiation a été remise en cause par ces derniers sur le fondement l’article 10 de la Constitution qui dispose que : “toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la Présidence de la République”.

Face aux éléments à charges, aux arguments des représentants de l’opposition, et à leur détermination à rester sur leur position, René Aboghe Ella, président de la CENAP aurait appelé le bureau à se prononcer sur la validation de la candidature d’Ali Bongo Ondimba au cours d’un vote à bulletin secret.

Paul Marie Gondjout, membre de de l’Union Nationale, secrétaire exécutif en charge des éléctions  et membre de l’Assemblée Plénière de la CENAP a déclaré sur la validation des candidatures que : « Sur les 14 candidatures, il y avait celle d’Ali Bongo Ondimba. Nous avons eu un consensus sur les 13 autres candidats. Sauf celle d’Ali Bongo Ondimba, il n’y a pas eu de consensus. Le mode de décision au niveau de l’Assemblée plénière, c’est le consensus et lorsqu’il n’y pas de consensus, c’est le vote du bureau qui décide de la décision à prendre. Un vote à eu lieu conformément à la loi du bureau de la CENAP. Donc seul la CENAP s’est prononcée pour la candidature d’Ali Bongo Ondimba 5 voix contre 3 pour l’opposition ».

La validation de la candidature d’Ali Bongo Ondimba a donc été la seule des 14 candidatures à ne pas avoir été approuvée par l’assemblée plénière de la CENAP. Les 13 autres ayant été validées sans discussion.

Pour rappel, le bureau de la commission est composé de 3 membres désignés par l’opposition, 3 autres par la majorité, 1 membre désigné par le ministre de l’Intérieur et du président de la CENAP René Aboghe Ella désigné par la présidente de la Cour constitutionnelle. Ce qui laisse penser à plusieurs observateurs que le vote était gagné d’avance comme le souligne Jean Gaspard Ntoutoume Ayi : « Ainsi donc la validation de la candidature n’a pas été approuvée par l’assemblée plénière de la CENAP, elle a été votée par les représentants du pouvoir, majoritaires à la CENAP».

© Crédit photo: Facebook Ali Bongo Ondimba

Laisser un commentaire