Politique : Maitre Fabien Méré lance un appel à la communauté internationale pour une élection véritablement démocratique

1

C’est à la faveur d’une conférence de presse qu’il a animé ce samedi 06 août, que Maître Fabien Méré, avocat au barreau du Gabon, ministre du dernier gouvernement d’Omar Bongo Ondimba et fervent défenseur des droits de l’homme, a tenu à faire l’économie de son appel au renoncement lancé au président sortant Ali Bongo Ondimba. Il s’est aussi appesanti sur la suite de son action en vue d’aboutir à une élection apaisée et à l’instauration d’un véritable État de droit au Gabon.

Revenant tout d’abord sur l’appel au renoncement qu’il a lancé au candidat présidant Ali Bongo le 22 juillet dernier, Maitre Méré constate qu’ : « il n’a pas été suivi », pour lui, « c’était la voie de la sagesse, nous sommes confrontés à une situation aujourd’hui de répression des manifestations, des arrestations de leaders syndicaux et responsables politiques, la situation se dégrade et on nous demande d’aller à l’élection présidentielle » dit-il en substance.

Au vu des évènements qui se déroulent actuellement dans le pays, Maitre Méré s’est vu dans l’obligation d’interpeller les principaux acteurs du processus électoral du 27 août prochain.

Tout d’abord, à l’endroit de la communauté internationale, il a rappelé que l’histoire nous enseigne qu’: « On a tendance à vendre que chaque peuple doit se libérer, oui il y a quelques exemples dans l’histoire, mais il a bien fallu que le général La Fayette apporte son concours à l’armée américaine de libération. Il aura été nécessaire que les Etats-Unis assistent le vieux continent pour vaincre le nazisme et on peut trouver des tas d’exemples comme ça dans l’histoire ou un peuple en difficulté n’a eu de chance de sauver son pays que grâce à l’intervention d’une force extérieure et nous, nous avons besoin de cette force extérieure », de ce fait l’ancien ministre d’Omar Bongo Ondimba lance un appel à la communauté internationale afin qu’elle ne soit plus seulement observatrice, mais doit être scrutateur pour garantir une élection réellement transparente et démocratique.

Maître Méré n’a pas manqué de souligner que « chaque fois qu’ils ont été observateurs, ils ont toujours été complices des faux résultats » et d’ajouter à l’endroit des États-Unis et de la France « ne faites pas en sorte que le Gabon se libère par la violence ou par le sang », car selon l’avocat ne pas soutenir un peuple qui veut se libérer du joug de la dictature, c’est risquer que ce dernier s’inscrive de facto dans le sillage malheureux du terrorisme, toute chose qui ne militerait pas aux intérêts de la communauté internationale.

Enfin, à l’endroit des différents candidats de l’opposition en lice pour l’élection présidentielle d’août prochain, Maitre Méré rappelle que « l’opposition gabonaise désignée sous ce terme, se doit dans les jours qui viennent, très rapidement convenir en off s’il le faut, puis en public, de n’avoir qu’un seul représentant. Aujourd’hui l’expression la plus utilisée est “candidat unique” ». Il souligne en l’occurrence que « la majorité des acteurs en lice actuellement pour cette future élection, dont nous n’avons aucune garantie sur la transparence, doivent s’accorder sur un seul représentant, il sera le représentant de l’ensemble de l’opposition », « il appartient donc aux leaders de cette opposition et a tous les autres qui sont honnêtes et sincères de mettre de côté leurs egos, et de ne viser que l’objectif final, l’alternance » conclue-t-il.


Il souligne en l’occurrence que « la majorité des acteurs en lice actuellement pour cette future élection, dont nous n’avons aucune garantie sur la transparence, doivent s’accorder sur un seul représentant, il sera le représentant de l’ensemble de l’opposition », « il appartient donc aux leaders de cette opposition et a tous les autres qui sont honnêtes et sincères de mettre de côté leurs egos, et de ne viser que l’objectif final, l’alternance » conclue-t-il.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire