Point de vue : la Lettre Apolitique de Steven Yaba

0

« Mon peuple périt, faute de connaissance », Osée 4:6. Cette assertion met bien en épigraphe le caractère précaire de la mentalité d’un bon nombre de peuples africains.
Ainsi pouvons-nous résumer en quelques mots, certains actes tragiques, ignobles, impunis, malveillants, etc. Restant inchangé et donc par manque de savoir, ledit peuple, ne peut qu’accepter lesdits actes.

Mais, il est inconcevable de voir périr certaines âmes, non seulement gratifiées d’une conscience, mais aussi d’une certaine connaissance et ayant en pylône une perception de toutes ces choses acrimonieuses, de ces pratiques cabalistiques dans plusieurs pays en général et au Gabon en particulier.

La marche du samedi 09 juillet 2016 qui avait pour but d’accompagner Ali Bongo candidat à sa propre succession, avait pour point de départ le rond-point de la cité de la démocratie, n’est rien d’autre que le fruit des personnes résultant de l’union d’une ânesse et d’un cabri.

Loin de moi l’idée de paraître outrageux. Mais voir un peuple savant et acteur de tous les maux précités ci-dessus ; accepter des sommes abjectes telles que : 5000, 10000, 15000 Fcfa et marcher pour la source desdits maux, est tellement révoltant que certains propos comme celui cité un peu plus haut reste l’un des plus pertinents.

Ces sommes récapitulent-elles tout ce que vous avez bien pu endurer durant ces dernières années ? Et ne venez pas me dire : « On va encore faire comment ? », « moi je profite de cette période, les temps sont durs, donc je mange mon gain », au que cas je vous poserai ces quelques questions :
La mendicité est-elle la première valeur que vous enseignez à vos enfants ou que vous conseillez aux personnes tout autour de vous ?
La prostitution intellectuelle fait-elle également partie d’un de vos chapitres favoris dont vous professez aux dits enfants ou à votre entourage ?
Et pensez-vous que des sommes aussi minables, puissent bidouiller vos situations tant déplorables soient-elles après cette période ?

Vous n’êtes pourtant pas sans savoir, qu’ils vous traitent comme des enfants, des interloqués. Vous êtes très conscients que, plus rien ne va, plus rien ne bouge. Que ce système empêche la roue de tourner, qu’ils vous ont spolié toutes vos richesses, qu’ils vous volent, qu’ils ne cessent de vous leurrer. Qu’à la moindre marche effectuée par les étudiants, les syndicats, les élèves, etc. Laquelle marche est pacifique et des fois très justifiée, ils vous ont vaporisé de dacryogène.

Après tout cela, vous trottez et persister à croire que tout changera, comme ils vous l’ont toujours promis. Vous attendez encore quelques choses des personnes qui ont confisqué vos vies, alors que vous suffoquez tous tels des individus coincés dans un nuage de fumée.

Vos situations sociales, économiques, éducatives n’ont guère changé, mais vous crapahutez pour les administrateurs de vos souffrances et difficultés. Les mêmes détiennent des fortunes, les mêmes parviennent et les mêmes entretiennent la léthargie du système.

« Éveille-toi Gabon », comme l’indique si bien notre Hymne Nationale. De ce fait, stoppe à la politique de la “main tendue “, car les mains qui tendent, ne seront jamais au-dessus de celles qui donnent. Tant que toi, population gabonaise, continueras de mendigoter malgré ton savoir, tu resteras assujettie de ce système lamentable.
J’ai seulement dit ce que je vois.

Steven Yaba

Laisser un commentaire