Paiement des salaires d’octobre : Une traversée du désert pour les fonctionnaires

0

Depuis ce mardi 25 octobre, les fonctionnaires peinent à rentrer en possession de leurs salaires, c’est le constat que nous avons pu faire dans les différentes agences bancaires de Libreville et Owendo. Ce matin encore, des attroupements sont observés depuis les premières lueurs de la matinée.

2-photo-gabonmediatime-comLa période de la fin du mois est supposée être marquée par le paiement des salaires de l’ensemble des fonctionnaires gabonais. Malheureusement depuis ce lundi des files interminables sont observées devant les banques ou les fonctionnaires sont censés rentrer en possession de leurs émoluments du mois d’octobre. Selon certains fonctionnaires rencontrés sur place les guichets sont vides, « rien ne sort des distributeurs depuis hier, je suis là depuis 6 heures du matin » signale Along Jean Fidèle. En faisant le tour des établissements bancaires le constat est le même. Des centaines de fonctionnaires patientent devant  l’agence Union gabonaise de banque (UGB) du Rond-point de Nzeng-Ayong, pour espérer percevoir leurs salaires. « Quand je suis arrivée, je croyais être parmi les premières personnes, mais à ma grande surprise, il y avait déjà quatre-vingts personnes devant moi. J’ai voulu faire demi-tour, mais j’ai des enfants à la maison, qui n’ont plus rien à manger. Je suis obligée d’attendre » nous confie Marie-France Nyngone.

pogCe matin encore, la devanture des agences bancaires ne désemplit pas. Joint au téléphone, un fonctionnaire en poste à Port-Gentil, la capitale économique du pays, qui a souhaité garder l’anonymat, nous signale que la situation est similaire à celle vécue par les fonctionnaires de Libreville, « depuis que je suis arrivé, il est difficile d’accéder au guichet, les gens sont debout depuis des heures et on attend » révèle-t-il devant l’agence Ecobank située au centre-ville.

Par ailleurs, au niveau des agences bancaires, aucune explication n’est donnée aux clients, certaines se contentent simplement de fermer. Selon certaines indiscrétions les salaires des fonctionnaires gabonais seraient préfinancés par des banques sur fonds propres depuis des mois. L’Etat accuserait un sérieux déficit dans ses comptes, ce qui compliquerait le paiement de certaines sommes dues aux banques.  

Laisser un commentaire