Mike Jocktane saisit la main tendue d’Ali Bongo

5

C’est dans un message publié sur son profil facebook tard dans la nuit, que le révérend pasteur Mike Jocktane a annoncé sa position quant au dialogue proposé par le président Ali Bongo. Membre de l’Union nationale et soutien de Jean Ping, il intègre désormais la liste des personnalités favorable à la main tendue d’Ali Bongo.

Dans son adresse, le Vice président de l’UN a exprimé son sentiment face aux événements qui ont marqué la crise post-électorale « le Gabon est donc dans une crise très grave et extrêmement profonde. Hormis la destruction des édifices et biens publics et privés, cette situation a donné lieu à des émeutes d’une gravité sans précédent au cours desquelles, on déplore de nombreux morts, beaucoup de blessés et de centaines d’arrestations.», ainsi, il estime donc que la gravité des évènements devrait pousser toute la classe politique gabonaise à se remettre en question et opter pour ce qui selon lui serait mieux pour le Gabon.

Il conviendrait de « de sacraliser notre ‘’vivre-ensemble’’ en le plaçant au-dessus de nos petits intérêts égoïstes.» précise-t-il, pour qu’enfin nous puissions « trouver les solutions avantageuses aux problèmes qui peuvent naître de notre gestion du pays comme c’est le cas présentement en ce qui concerne les événements post-électoraux. » poursuit le pasteur.

Pour l’homme de Dieu, seul ce dialogue qu’il défendra lors du Conseil National de son parti qui aura lieu ce samedi 22 octobre 2016, est une porte de sortie de crise et un moyen de pression dont pourrait disposer l’opposition gabonaise. Il a d’ailleurs lancé, « c’est pendant qu’il cherche à équilibrer son pouvoir que l’Opposition peut obtenir d’Ali Bongo le maximum de réformes indispensables au système démocratique. Entre autres : le retour aux élections à deux tours, le redécoupage électoral, la mise à plat de toutes les institutions impliquées dans l’organisation des élections dans notre pays, l’audit et la biométrisation totale de la liste électorale, la redéfinition des libertés publiques, etc»

Pour lui, malgré le refus catégorique d’organiser “un dialogue” demandé par l’ensemble des membres de l’opposition avant le scrutin du 27 août dernier, il a argué que « le contexte actuel, avec notamment le risque d’explosion sociale, qui mettrait en danger la stabilité du pays, ont certainement convaincu Ali Bongo à tendre la main et à appeler les forces vives à se parler.», cette main tendue aiderait notre pays à sortir de cette crise et d’éviter l’enlisement. C’est la raison pour laquelle, il invite  « les uns et les autres, avec lucidité et sans passion, à saisir cette occasion pour faire libérer tous les prisonniers politiques, indemniser les familles endeuillées, les blessés et tous ceux qui ont perdu leurs biens, etc.» conclut-il.

5 Commentaires

  1. C’est tout simplement pathétique….On remet tout ce qui est cité à plat et Ali est Président.On fait donc l’impasse sur la volonté du peuple Gabonais….Vous avez beau mettre tout à plat,2 tours et autres,que ce passe t il si l’armée vient à rescousse de celui qui perd et des milices s’y ajoute?Vous ne trompez personne avec vos prétendues sagesses.

  2. C’était prévisible. Des gens qui au depart ne sont du même bord et qui par on ne sait quel liaison occulte et politique se retrouvent derrière une personnalité n’augurent rien de bon.

  3. Pourquoi le peuple doit-il se plier aux conditions d’un individu sans respect des droits de l’homme et de la Constitution Gabonaise. Ali bongo devient lui-meme la Constitution et toutes les lois en vigueur. Lorsqu’on est un homme de confession réligieuse, on doit dire la vérité et non jouer à l’avocat du Diable. Etre au service de Dieu, servir une autorité si elle respecte les lois institutionnelles et divines au cas contraire il faut désobéir. Dommage pour le Christianisme où beaucoup de pasteurs sont faux comme leurs Illusions ventilées chaque Dimanche.

  4. J me demande bien combien de francs CFa coutera ce dialogue. ça sent corruption des leader politique une fois de plus.
    que fait-on de la volonté du peuple?
    Pour ma part , pas de dialogue avec des menteurs, tueurs , et voleurs. Ali bon Bongo cherche une légitimité nationale et internationale. c’est pathétique de savoir que ce sont les opposant vont la lui donner.
    PDGiste , vous lisez mal les évènements… ce n’est pas un dialogue qui est la solution ou du moins ce n’est pas avec les leaders politiques quil faut discuter, mais avec les syndicalistes, la société civile . Ping n’est rien d’autre que la manifestation des mauvaises conditions de vie des Gabonais.

Laisser un commentaire