Mariya Gabriel chef de mission d’observation de l’Union Européenne à l’écoute de la plateforme de la société civile gabonaise

0

Rassemblés au sein de  la plateforme de la société civile gabonaise, les associations, Dynamique Unitaire, le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), la coordination du 12.12.2015, le mouvement Femme Lève-toi, ça suffit comme ça, le Front des Indignés, le mouvement Étudiants conscients, le Club 90, et le mouvement citoyen les Témoins actifs ont présenté à Mariya Gabriel la situation socio-politique du Gabon en cette période électorale.

C’est au cours d’une rencontre qui a eu lieu, ce samedi 20 août 2016 au siège du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) que la plate-forme de la société civile a fait son exposé aux observateurs de l’Union Européenne.  

Photo - Gabonmediatime.com (100)Prenant la parole, le pasteur George Bruno  Ngoussi a s’est félicité de la présence pendant cette période électorale de la mission d’observation de l’Union Européenne. “ Une présence qui est gage d’espérance et une garantie que les choses ne pourront pas dégénérer” précise le pasteur, avant de décrier le fait que la liste électorale ait des imperfections, que la situation sécuritaire pourrait se déstabiliser au lendemain des élections, que le pouvoir en place préparerait une fraude massive. “ Quel rôle va jouer la mission d’observation si jamais des violence surviennent ?” telle est la question posée par le pasteur Ngoussi à Mariya Gabriel, chef de mission d’observation de l’Union Européenne.

Revenant sur les aspects juridiques, Pierre Ndong Aboghé a démontré qu’il serait difficile que l’élection soit transparente car “ les institutions qui participent à l’organisation de l’élection sont inféodées par le pouvoir en place”. Il a ensuite précisé que seul l’enrôlement est biométrique, mais pas le vote, la liste électorale est confectionnée par un organe au sein duquel les opposants ne sont pas représentés. Quand à la Cenap, le Président et certains membres sont acquis à la cause du Président sortant. “ Les membres de la Cenap n’ont pas changé depuis 2009 quand on sait que cette élection avait déjà été contestée.”, avant de conclure sur le fait que la Présidente de la Cour constitutionnel est en poste depuis plus de 15 ans et qu’elle est la belle mère du Président sortant.

Patrick Mombo, qui s’est exprimé au nom des syndicats a démontré les violations des libertés individuelles et publiques dont sont victimes les leaders syndicaux. Il est également revenu sur les emprisonnements arbitraire des leaders tels que Jean-Remy Yama, Roger Ondo Abessolo, Cyrlin Koumba Mba Essiane. Il a décrié le fait que la liberté syndicale soit réprimée avec la dernière énergie, chose qui n’est pas favorable à l’expression de leur liberté de réunion pourtant constitutionnellement consacrée.

Mariya Gabriel, prenant la parole s’est dite attentive aux éléments qui sont dénoncés. Elle entend œuvrer avec la dernière énergie pour que tout ce qu’elle aura observé soit mentionné dans le rapport préliminaire qui sera rendu ainsi que dans le rapport finale. Précisant qu’elle n’a pas le mandat pour se prononcer sur les questions connexes mais que le moment de la campagne était propice aux revendications.

Rappelant que les observateurs sont présents sur tout le pays et que les rapports sont basés sur des faits observés par la mission et qu’ils sont mobiles. Cette mobilité rendra la mission plus objective. “ Les observateurs vont analyser les différentes phases du processus électoral : établissement des listes électorales, validation des candidatures, campagne électorale, jour du scrutin, dépouillement, agrégation et publication des résultats préliminaires, éventuels contentieux électoraux et proclamation des résultats définitifs” précise-t-elle

Sur le fichier électoral, Mariya Gabriel a précisé qu’elle était attentive aux observations et aux apports de la société civile, en ajoutant “ si vous avez des éléments de fait pouvant prouver une fraude, envoyez-les nous. ”.

 

Laisser un commentaire