Marceau Malekou se paie la tête du ministre de « l’Egalité des chances »

0

Dans une vidéo publiée sur son compte Facebook, un réseau social qui compte plus de 1, 77 milliards d’abonnés dans le monde et plus de 132 880 utilisateurs gabonais (chiffres Arcep 2014), Blaise Louembé, récemment nommé ministre de l’Egalité des Chances s’est fait railler par Marceau Malekou, ensuite par d’autres internautes ce jour.   

En partageant la vidéo de profil du ministre, Marceau Malekou, activiste bien connu des internautes et victime en août dernier de coups et blessures volontaires de la part des forces de sécurité se questionne :    «  Le papa là a récidivé! Je Wanda sur lui ? Blaise Louembé, c’est pas comme ça là vidéo de profil toi aussi ?»

louembe-1 Un autre internaute répond en commentaire :  « C’est d’un ridicule !». Chose qui n’a pas laissé le ministre de l’Egalité des chances sans réaction. « MDR » répond-t-il,  avant de s’expliquer : « C’est le genre de réaction qui sont à votre image. Vous pouvez passer votre chemin, c’est simple. Mais si vous vous y attardez il va falloir suivre les règles . Je ne savais pas que les vidéos de profil étaient réservées aux enfants . je vous le concède. C’est peut-être parce que j’étais encore dans un passé très récent ministre de la jeunesse que je n’ai pas fait la différence kiakiakiakia (éclat de rire NDLR).» Précise-t-il.

Quelque minutes plus tard, le ministre bien présent sur les réseaux sociaux, invite le même Marceau Malekou à aimer sa page (journal virtuel sur lequel une entité est appelée à communiquer sur ses activités NDLR) . Il s’agissait de la page du Ministère de l’Egalité des Chances. Le jeune activiste réagit une seconde fois en le mentionnant :   «  Blaise Louembé je suis vraiment obligé d’aimer la page du ministère de l’Egalité des chances ?  » demande-t-il au ministre qui d’ailleurs répond :  « Vous n’êtes pas obligé d’aimer la page du ministère et vous n’êtes pas obligé d’être désagréable non plus. Si vous faites partie de mes contacts c’est que vous en avez fait la demande au préalable et vous n’êtes pas obligé de faire partie encore de mes amis sur fb. C’est aussi simple que ça. Ce message est valable pour tous les autres.»

louelbe-2S’ensuit un dialogue entre le ministre et Marceau Malekou : « Monsieur Blaise Louembé j’aime bien être sur votre page personnelle mais je n’irai pas sur celle du ministère. Sauf votre respect j’ai jamais voulu être désagréable ou irrespectueux. Bonne journée. » avant de lui poser une question sur les mesures prioritaires des 100 premiers jours du Gouvernement : « Monsieur Blaise Louembé apparemment vous avez 100 jours pour mettre en place un observatoire des inégalités sociales et plein d’autres choses vous pouvez nous en parler un peu ? Même en faisant une petite vidéo, comme vous aimez bien , ce sera plus ludique ».

En réponse Blaise Louembé précise «  Je suis navré de vous indiquer que les membres du gouvernement doivent attendre le discours de politique générale du premier ministre devant l’assemblée nationale avant de se lancer dans la communication de leur département. Excusez moi mais je croyais que vous l’aviez déjà observé depuis que le Gabon existe. Mais enfin on apprend à tout moment !! »

Des échanges qui n’ont pas laissé les internautes gabonais  insensibles : « Plus la peine de chercher les locaux du ministère de l’égalité des chances apparement c’est Facebook » certainement à cause de la présence remarquée du membre du gouvernement. Lequel d’ailleurs, se questionne sur son acte :  « Décidément !!! Les vidéos c’est réservé aux enfants. Les Kiakiakia c’est pas réservé aux ministres. Après ce sera quoi ! Les insultes c’est réservé à vous ? Très belle répartition des rôles. » qui au final se désole « Vous allez être fatigué de m’insulter de traiter de tous les péchés d’Israël mais si vous ne voulez pas partager la page du ministre c’est pas obligé… passez votre chemin ».

Les répliques du ministre provoquent l’ire d’autres internautes à l’instar de Susan Sue « Non pardon, trop de fautes!!! Personne ne passe son chemin! On reste à lire vos aberrations et la façon dont vous vous enfoncez tout seul. Je te vouvoie même pourquoi ??? ».

Et le ministre revient à la charge «  Vous ne méritez pas une seconde de plus de mon temps», oubliant même que certains de ses commentaires étaient faits directement sur la page du Ministère. «  Je vous ai dit ce que j’avais à dire et maintenant tout ce que que vous direz sera comme parler au vent » renchérit-il.

Gabao De Tim quant à lui pose la question de savoir si «L’égalité des chances là c’est sur Facebook ? On vous paie à être là ? » précise-t-il à l’endroit du ministre. 

Au moment où nous publions, les railleries doivent se poursuivre. Cependant, il est important de souligner que l’image virtuelle des personnalités politiques ne constitue pas encore au Gabon une priorité. Rares sont parmi les ministres, sénateurs, députés et chefs d’entreprises etc. ceux qui confient la gestion de leur réputation virtuelle (en anglais e-reputation) à des professionnels, car il s’agit d’un vrai métier qui exige des compétences polymorphes. L’emploi des Community manager (CM) qui sont de personnes qualifiées réduit les possibilités que ce type de réactions surviennent.

Laisser un commentaire