Lettre à nos forces de défense et de sécurité

0

Vous qui êtes des femmes et des hommes courageux, vous qui avez servi dans des différents théâtres d’opérations pour le maintien de la paix et des institutions,  pour préserver des vies humaines sous les commandements intégrés de l’ONU ou de l’Union Africaine  (UE) ; comment comprendre que dans votre propre pays, vous tuez la vie humaine, vous déstabilisez la Paix ; allant même jusqu’à perdre de vue que la première souveraineté,  la première des institutions à défendre est le peuple .

Ce peuple gabonais qui s’était librement et démocratiquement exprimé y compris vous, corps habillés, le 27 août 2016 pour l’alternance et la fin d’un système et d’un régime qui ont montré leurs limites.

Oui vous, car nous avons tous voté ensemble ce jour là, oui nous étions ce jour là, vous et nous comme habité par le même esprit de changer le destin de notre patrie.

Pourquoi tirer et tuer des gabonais non armés, pourquoi tirer et tuer vos compatriotes qui n’ont fait que réclamer ce que nous avons fait ensemble car je me rappelle  vos comportements pendant le vote.

Comment comprendre que des Mercenaires, des étrangers portent l’uniforme de l’armée gabonaise, l’écusson de nos forces armées gabonaises, utilisent les moyens de notre armée gabonaise pour tirer et tuer des gabonais, vos compatriotes, mieux encore vos pères, mères, frères, sœurs, fils, voisins sous vos yeux et vous dites ce n’est pas nous.

Comment comprendre quand des navires de commerce ou pétroliers sont piratés  au large des eaux gabonaises, ces moyens ne vous sont pas opérationnels par manque de carburant ; alors qu’on vous les donne à foison quand il s’agit de réprimer des compatriotes désarmés.

Comment comprendre que des officiers et sous officiers sont arbitrairement et régulièrement mis aux arrêts et interrogés par des civils, oui des civils dans des bases militaires et que vous laissez faire.

Comment comprendre qu’un compatriote, parce que se rendant à l’aéroport le jour de l’arrivée de Jean PING est mis en joug par un policier armé.

Comment comprendre que un fonctionnaire qui  ne perçoit pas son salaire ou un retraité qui réclame sa  pension, soit victime d’une telle répression pour avoir simplement revendiqué un droit pourtant inaliénable.

Comment comprendre que des élèves du premier cycle du secondaire qui manifestent leur droit à l’instruction qui est garanti par notre loi fondamentale la Constitution  en réclamant des tables bancs soient violemment réprimés aux lacrymogènes.

Et si des compatriotes des Akébé manifestaient pour revendiquer leur droit à l’eau potable tel que dit dans la constitution.

Et si des compatriotes manifestaient pour ne plus payer la visite technique parce que les voiries sont ce qu’elle sont.

Et si tous les villages du Gabon manifestaient parce que dans le cadre du Pacte Social et dans la loi de règlement 2014, il avait été fait un décaissement  de 12 milliards, parti en fumé, pour que vos grands parents vivant dans tous les villages du Gabon puissent avoir de l’eau potable ( le ministre GUEDON sait de quoi il s’agit ).

Et si les enseignants manifestaient parce que dans le cadre des Etats Généraux de l’Education, puis dans le fameux Pacte Social (volet 3), il avait été prévu qu’en 2016 (livrable ) qu’il y aurait (lois de règlement 2012, 2013, 2014 et 2015) au pré primaire et primaire, moins de 35 de vos enfants par salle de classe ( ANGTI sait de quoi on parle ).

Et si les gabonais manifestaient pour exiger les xxxxx fois xx ans de logements qui leur avaient été promis.

Et si les gabonais manifestaient pour refuser de payer la taxe  sur …….  qui est de 2%  et qui leur est imposé (y compris les corps habillés )sur chaque facture d’électricité payée ; parce que cet argent, vous le savez servira à corrompre et à urbaniser le pays.

Et si les gabonais manifestaient pour sortir de la pauvreté car les 250 milliards en 3 ans du Pacte Social sans compter ce qui a été payé à Mckinsey global institute, n’ont pas réglé ce problème de pauvreté qui augmente de jour en jour.

Et si tous les gabonais licenciés et chômeurs manifestaient parce que depuis 2010 on leur a toujours  menti sur des taux de croissance au dessus de 4% alors que Port gentil ferme boutique et que la zone économique spéciale de Nkok n’embauche toujours pas vos compatriotes.

Et  si les gabonais manifestaient contre la CAN et la TROPICALE AMISSA BONGO parce qu’ils comprennent pas pourquoi on jette plus de 800 milliards pour des événements de 15 jours alors qu’on leur parle d’austérité et qu’on leur demande de serrer la ceinture pendant 12 mois au moins.

Et si les gabonais manifestaient parce qu’ils n’acceptent pas de serrer cette ceinture alors qu’on leur avait dit qu’on allait diversifier leur économie et ne plus dépendre du pétrole. Que le nouveau boosteur de notre économie allait être le secteur industriel et le numérique ?

Alors chers compatriotes, l’uniforme ne doit pas faire de vous des non Gabonais. Vous êtes bel et bien des gabonais avec des enfants qui ne sont pas tous au Prytanée militaire ou il n’y a pas de grève  (dixit le capitaine. …….) , ayant des parents dans l’arrière pays pour lesquels vous payez des ordonnances pour ne pas avoir bu de l’eau potable.

Oui, vous êtes des vrais gabonais qui irez en retraite un jour et vivrez exactement ce que vivent malheureusement vos anciens frères d’arme retraités d’aujourd’hui et qui croupissent dans la misère, la mendicité et la non reconnaissance de la République.

Que diriez vous, surtout que feriez vous et pourquoi ?

Oui chers frères sous le drapeau,  le peuple gabonais vous attend tête haute et fièr au grand carrefour de l’histoire de notre cher pays le Gabon pour sa libération.

Plus que jamais le pays est en danger. Un certain AMOUSSOU, successeur d’ACCROMBESSI,  a fait  importé une quarantaine de Marabout pour tenter d’inverser le destin déjà ficelé d’Ali BONGO et pour cela, une série de sacrifices  à grande échelle est programmée. L’accident des élèves du lycée de Mintzic n’est que le début d’une réaction en chaîne.

Parents, pourquoi laisser des proviseurs irresponsables déplacer vos enfants hors de la concession scolaire.

Pourquoi les laisser aller au stade avec ces billets d’entrée qui sont d’abord passés par les mains des Marabouts qui demande du sang. Pourquoi ?

Pourquoi cet accident des élèves du lycée de Mintzic alors que pour vous parents, vos enfants sont à l’école .

Est  ce que même pour ça, les parents n’ont pas le droit de se  faire entendre en  manifestant, messieurs  des forces de répression !?

Gabonaises et gabonais d’abord.

Vive la patrie.

Edgard Owono Ndong

Membre fondateur de RH&M

Laisser un commentaire