Les pays Arabes claquent la porte du sommet Afrique-Monde arabe à Malabo

1

Coup de tonnerre ce mercredi 23 novembre lors du sommet Afrique-Monde arabe qui se tient actuellement à Malabo en Guinée Équatoriale, le Maroc vient de suspendre brusquement sa participation à cette rencontre des chefs d’Etat d’Afrique subsaharienne et du monde arabe, arguant la présence de son ennemi juré, la République arabe sahraouie démocratique.

Ce sommet Afrique-Monde arabe qui devait être l’occasion de sceller un partenariat d’envergure entre  les pays d’Afrique subsaharienne et ceux du monde arabe, vient de tourner au fiasco.  En effet, la présence d’une délégation de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) du Front Polisario, a été le déclencheur de cet imbroglio diplomatique. Le Maroc qui se dispute la souveraineté sur le Sahara occidentale avec cet État, a purement et simplement décidé de se retirer de ce sommet  qui se tient actuellement à Malabo.

Ainsi, il a entraîné dans son sillage le départ de sept pays arabes notamment, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes unis, Bahreïn, le Qatar, le Sultanat d’Oman, la Jordanie, le Yémen et un pays subsaharien, la Somalie. Le royaume chérifien a justifié son attitude par « la présence de l’emblème d’une entité fantoche dans les salles de réunions ». Par ailleurs, le Koweït et l’Egypte n’ont pas suivi Rabat dans sa lancé.

Pour rappel, La République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), a été proclamée le 27 février 1976, par le Front Polisario et revendique la souveraineté du Sahara occidentale.  Ce territoire est en effet en proie à un conflit opposant les indépendantistes sahraouis du Front Polisario au Maroc, Il figure sur la liste des territoires non autonomes selon l’ONU depuis 1963, suite à une demande du Maroc. Depuis l’entrée en vigueur du cessez-le-feu de 1991 entre les deux parties, le statut final du Sahara occidental reste à déterminer.   

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire