Léon Paul Ngoulakia sursoit sa participation au débat sur la chaîne nationale

0

Face à l’occupation de la quasi-totalité des espaces publicitaires, de Libreville et de l’intérieur du pays, depuis l’ouverture de la campagne, l’opinion publique s’indigne.  « Aucune égalité n’existe à ce jour quand on voit à quel point la ville de Libreville est inondée de panneaux publicitaires arborant le slogan de campagne du président sortant Ali Bongo et qu’on voit à peine les treize autres candidats », c’est le constat amer que se fait un observateur de la vie politique qui a requis l’anonymat. Il en est de même de l’occupation des médias publics (Gabon Télévision et Gabon 24). Chose qui n’est pas de nature à favoriser l’égale diffusion des projets de société et partant entrave le temps de parole des candidats qui est facto inégalitaire.

Ce  lundi 15 août 2016, Léon Paul Ngoulakia,  candidat à l’élection présidentielle du 27 août prochain en fait le constat et prend position sur la situation de l’opposition gabonaise devant les médias publics.

Léon Paul Ngoulakia monte au créneau et affirme « devant les graves manquements et violations aux principes d’égalité de traitement dans les médias de l’État, considérant la violation du principe de pluralisme, pierre angulaire du régime démocratique en matière de répartition du temps d’antenne ou du traitement médiatique des partis politiques et des candidats toutes élections confondues, constatant la domination quasi monopolistique du parti au pouvoir et de son candidat, le président de la république sortant, considérant la sous médiatisation des partis politiques de l’opposition et de leurs candidats à toutes les élections confondues (…). Candidat du mouvement Patriote et Républicain à l’élection présidentielle, j’ai décidé de défendre l’égalité d’accès aux médias publics, la liberté d’expression des journalistes à accéder et à traiter l’information sans inquiétude aucune ».

En effet,  il estime être lésé et assiste une fois de plus à « une parodie d’ouverture des médias publics à l’opposition du fait de la présence des observateurs internationaux… », le candidat du mouvement Patriote et Républicain poursuit en disant « je suspends ma participation aux émissions expressions directes, au débat organisé et proposé par le Conseil National de la Communication (CNC) sur la chaîne nationale Gabon Télévision » . Véritable coup de maître qui vient sonner le glas à une pratique très ancrée dans le fonctionnement des médias publics nationaux.

Laisser un commentaire