La Zone économique spéciale de Nkok fait son bilan quinquennal

0

Créé il y a 5 ans avec pour principale mission, la mise en place de dispositifs fiscaux et douaniers avantageux en vue d’attirer des investisseurs étrangers, la Zone économique à régime privilégié de Nkok (ZERP) fait son bilan d’activité.

L’autorité administrative de la ZERP dresse aujourd’hui un bilan positif. D’après le Financial Times Magazine, elle s’est hissée à la deuxième place des zones franches les plus prometteuses d’Afrique subsaharienne avec ses 2948 emplois créés, dont près de 70 % occupés par des Gabonais.

Par ailleurs, elle indique que pour le compte de ses activités, elle enregistre en son sein dix-huit opérateurs en production, notamment dans neuf dans le secteur du bois, cinq dans la sidérurgie-métallurgie (fer à béton, billettes, laiton, lingots d’aluminium, etc.), deux dans la chimie hors pétrole (gaz industriel et médical, batteries pour véhicules) et deux dans les matériaux de construction (briques industrielles et béton). Dans le domaine de l’agroalimentaire, il est a noté que des investisseurs brésiliens et indiens se lanceront prochainement dans la production des produits laitiers et de la chaire de poulet.

Au-delà de ses activités de production, la Zone économique à régime privilégié de Nkok accueille le Guichet unique de l’Autorité administrative de la ZERP (AAN) avec une dizaine d’administrations publiques qui s’ajoutent aux bureaux déjà représentés pour un total de dix-sept, elle revêt une importance capitale dans la politique de facilitation des démarches administrative impulsée par le gouvernement. Ainsi, elle offre aux opérateurs économiques un service d’accompagnement centralisé, de la création des entreprises à leur entrée en production.

Laisser un commentaire