La révélation du Pasteur Ngoussi : « Changeons ensemble Ali »

0

Le 22 août courant, en marge de la déclaration d’une dizaine d’association qui a eu lieu à la Chambre de commerce de Libreville, le pasteur Georges Bruno Ngoussi, a fait une révélation tirée des affiches de ce dernier qui arborent la capitale et d’autres villes du pays.

« Vous lirez en sortant d’ici sur les affiches du candidat de la majorité républicaine : changeons ensemble Ali. », pour le pasteur ces inscriptions sont un invitation faite par Ali lui même au peuple gabonais afin qu’il l’aide à quitter la maison du père. C’est-à-dire la présidence de la République.

Toutes révélations de Dieu prennent source dans la parole divine ajoute-t-il en invitant l’assistance à consulter le livre de la Genèse au chapitre 16, verset 11: «  dans ce passage, il est dit a Abraham ceci, Abraham fais partir de ta maison, Agar et son fils Ismael. Parce qu’Ismael qui n’est pas issu d’Agar ne devait hériter de la postérité qui est un héritage légitime et divin, dont le seul héritier ne peut l’être que selon la volonté parfaite de Dieu (…) », précise-t-il.

Pasteur Ngoussi poursuit : « Notre président sortant à besoin d’être libéré. Ne lui demandez pas autre chose. Il a répondu à la préoccupation de ceux qui milité pour la DTE. Destitution transition élection. Il a voulu que tout se passe en 2016. Tout est contenu dans cette phrase “changeons ensemble Ali” ».

Faisant un parallèle avec le slogan du candidat Jean Ping, le pasteur Ngoussi précise : «  Et ensuite vous regardez les affiches du candidat unique de l’opposition. Quand je regarde ses affiches je vois : “ Gabon à l’abri de la peur, Gabon à l’abri du besoin”.  Allons y dans la bible. Dans Job chapitre 14 au verset 11, il est écrit ceci: Jésus dit je vous donne la paix. La paix efface la peur.  Je vous la donne comme le monde donne. Quand je vous la donne, je donne en abondance et l’abondance efface le besoin. Ni Ali, ni Ping, personne n’est resté avec moi pour parler de son projet de société. Mais quelqu’un était avec eux. Celui-ci était avec moi le 30 août 2015. Celui qui a inspiré Ali Bongo et Jean Ping m’a dit qu’il faut dire aux gabonais qu’il ne faut pas avoir peur. Qu’il n’y aura de guerre civile. Que tout se passera normalement. » a-t-il conclu.

Laisser un commentaire